Roadmap Surface : que nous réserve Microsoft pour ses PC en 2019/2020 ?

De gauche à droite : Surface Pro, Surface Book, Surface Studio et Surface Laptop. 

Qu’elle se nomme Surface Go, Pro, Book, Laptop ou encore Studio, la gamme de PC “made in Microsoft” s’est taillée une réputation comme nul autre sur le créneau des PC hauts de gamme. Et l’avenir des bébés de Panos Panay semble plein de promesses.

Le livre de Brad Sams disponible sur Amazon US.

Dans son livre, “Beneath a Surface”, Brad Sams (qui officie sur Thurrot.com, site spécialisé Microsoft) évoque l’épopée Surface.

 A travers quelques 150 pages, l’auteur esquisse la genèse du projet et ses difficultés de jeunesse. Mais aussi la solidité du business Surface à l’heure actuelle, sans oublier le futur de la marque…

Evidemment, j’attendrai d’avoir ce livre entre les mains pour en parler plus amplement. Il est cependant intéressant de se pencher dès maintenant, sur une partie de l’ouvrage concernant les futurs produits de la marque.

Hormis les prévisibles révisions hardware pour les modèles que vous connaissez déjà, Microsoft aurait dans l’optique de diversifier encore d’avantage son offre…

Panos Panay : le papa de Surface. 

Ainsi, une roadmap pour les 2 prochaines années se dessine chez le 5ème plus gros vendeur de PC aux Etats-Unis : (notez que le conditionnel est de mise)

  • 4èmetrimestre 2019 : Une nouvelle Surface Pro avec de l’USB-C, des bordures d’écran plus fine, des coins arrondis, de nouveaux coloris…  

  • Fin d’année 2019 : Une nouvelle Surface Laptop qui tournerait avec un processeur AMD (probablement du Ryzen ?) à la place d’Intel actuellement. Microsoft travaillerait à son intégration.

  • Au printemps 2019, Microsoft dévoilerait un « Ambient Computing » qui « réagirait à la présence des utilisateurs » et aurait pour objectif « d’aider à faire face à certaines des frustrations courantes de l’utilisation d’un smartphone » selon Brad Sams. Ce projet mystérieux ne serait pas un smartphone selon l’auteur.

  • A l’aube de 2020 : un refresh du Surface Book 2.

  • En cours d’année 2020 : La relève du Surface Studio avec un modèle ré-imaginé. Ce All-in-One deviendrait « modulaire » afin de donner la possibilité aux utilisateurs d’upgrader leur configuration sans changer de matériel tous les deux ans. Ce côté “modulaire” devrait se retrouver sur la future Surface Hub 2

  • Toujours en 2020 : Un écran Surface. Microsoft aurait l’intention de proposer un écran similaire à celui du Surface Studio mais sans l’ordinateur logé dans la base aujourd’hui. Ainsi, Microsoft répondrait à une demande récurrente de certains fans souhaitant uniquement l’écran du All-in-One.

  • Quelque part dans les 24 prochains mois : Le projet « Andromeda » a.k.a le fameux produit « Surface » a double écrans pliable, serait toujours bien vivant. Panos Panay  en parlait récemment comme « son bébé ». Il souhaite peaufiner à l’extrême son projet avant d’aller plus loin. Selon Brad Sams, la diagonale d’écran d’Andromeda s’est agrandie, ce qui l’éloigne peut-être d’un form-factor “smartphone” comme l’évoquais les premières rumeurs.  

Avec quelques indiscrétions d’un “insider”, on peut se rendre compte que l’aventure Surface n’est pas fini. Que la division n’est pas à vendre et qu’il reste tant de choses à faire ! 

Une Xbox One sans lecteur de disque en approche ?

Microsoft compte bien sortir une nouvelle Xbox en 2019. Non, pas une “next-gen” pour remplacer la Xbox One S et la Xbox One X, mais bien une « nouvelle » Xbox One… sans lecteur optique.

Pour ainsi dire, ce modèle est en rumeur depuis des années et les choses semblent s’accélérer.

A quoi doit-on s’attendre ?

Une console moins chère évidemment, car sans lecteur de disque. Phil Spencer et ses équipes voudraient un prix équivalent ou en dessous des 200$.

Avec ce prix, il est assez facile de déterminer qu’on parle bien d’une « XboxOne S ».

Le programme « disc-to-digital ».

Vous êtes un affectionnados du dématérialisé ?

Il vous sera possible d’échanger vos jeux boites par un équivalent sous forme de code de téléchargement. L’échange se ferait en magasins partenaires.

Selon Thurott.com, le site à l’origine de ces infos, cette Xbox One allégée devrait débarquer au printemps 2019. Même si à ce stade une annulation du produit est encore possible, selon eux.   

Lumière sur Unruly Heroes

bdc00a_30435cf7f60a4887bc37c0d36cb1bbac_mv2En 2017, lors de la conférence Pré-E3 de Microsoft, un jeu, brièvement montré lors d’un clip présentant les titres ID@XBOX en développement, a attiré notre attention ainsi que celle de nombreux joueurs. Unruly Heroes fait parti de ces titres qu’on remarque immédiatement de par son rendu visuel séduisant. Lors d’une session que j’aurais aimé plus longue (quand on aime c’est toujours trop court) j’ai pu essayer le mode coopératif du jeu et, par la suite, m’entretenir avec Meredith Alfroy, business development manager et coordinatrice de playtest chez Magic Design studios.

Le Rouleau sacré qui maintenait l’harmonie dans notre monde a été déchiré et ses morceaux dispersés. Afin que le chaos, semé par d’étranges créatures, cesse de régner sur toutes les terres, 4 héros, Sanzang le sage, Wukong le singe intrépide, Kihong le porc avide et Sandmonk la brute sensible, devront parcourir des contrées extraordinaires pour rassembler les morceaux éparpillés du parchemin sacré.

Comme certains d’entre vous l’auront compris, Unruly Heroes est un jeu d’action en 2D inspiré du roman chinois de Wu Cheng En “La pérégrination vers l’ouest”, une histoire qui a déjà inspiré bien d’autres œuvres au travers de divers médias, comme le célèbre manga d’Akira Toriyama “Dragon Ball”.

Le titre du jeu, “Unruly Heroes” laisse penser que les protagonistes de l’histoire ne sont pas vraiment des modèles d’héroïsme, du moins au début de l’aventure, ce que confirme Meredith.

“Dans l’histoire originale, la “Pérégrination vers l’Ouest” ou “la légende du Roi Singe”, ces 4 personnages sont tous différents. (…) Cependant, ce ne sont pas des chevaliers blancs ni des enfants de cœur.  Pour chacun d’entre eux, faire cette mission leur permettra de s’assagir et d’effacer leurs erreurs passées qui les ont transformés en démons. Dans Unruly Heroes, l’histoire commence après qu’ils se soient tous rencontrés et que Guanyin leur donne les dernières consignes avant de partir à l’aventure.  Au final, ils ne sont pas parfaits et non rien d’un Superman, mais à travers cette quête, ils vont apprendre ce qui fait l’essence d’un héros.”

J’ai pu essayer un petit bout de la campagne qui sera jouable en coopération jusqu’à 4 UnrulyHeroes_TT01_022018joueurs, mais en locale uniquement (dans un premier temps?). La prise en main est immédiate et si les touches ont une base commune, chaque personnage a son propre feeling. Très vite on se retrouve dans un joyeux bordel qui évoque immédiatement le plaisir que pourrait procurer un mélange entre Guardian Heroes et Smash Bros Melee, mais avec parfois la nécessite de se concerter pour trouver l’élément manquant à la poursuite de notre progression. La partie visuelle est un vrai régale et la direction artistique fait honneur à l’ambiance fantasy Chinoise du jeu.

Outre le mode aventure qui comportera 29 niveaux répartis sur 4 mondes, le jeu bénéficiera également d’un mode PVP jouable en ligne comme en locale, avec la possibilité de faire des équipes, malheureusement il semblerait que le cross-play ne soit pas d’actualité.

Derrière unruly Heroes se cache Magic Design Studio, un studio Français basé à Montpellier, créé fin 2015 par seulement 3 personnes, mais l’équipe s’est depuis étoffée pour atteindre 23 collaborateurs à l’heure où j’écris ces lignes.

Il n’est pas évident pour un petit studio indépendant de se faire remarquer, et il semblerait que Microsoft soit conscient de cette difficulté ainsi que de la plus value qu’apportent les jeux indé, c’est pourquoi ils accompagnent ces studios dans leur démarche.

“ils sont à l’écoute des indé. Microsoft a été le premier à vouloir mettre en avant sur console les jeux indépendants. Il s’agissait d’un marché en plein boum, alors pourquoi fermer les yeux dessus. Ils sélectionnent des jeux qu’ils estiment de qualité et qui pourront bien entendu plaire à la communauté Xbox. Une fois que l’on fait partie du programme, la team ID@Xbox fait en sorte d’aider le studio concerné. Et par aider c’est par exemple, la possibilité de présenter le jeu dans divers salons internationaux, faciliter les  rencontres avec des pro et la presse. Et il y a également via une plateforme unique pour les dev, tout un processus d’accompagnement et de conseils pour les aider à sortir le jeu en bonne et due forme.”

Quand à savoir si Unruly Heroes rejoindra le Xbox Game Pass ou deviendra un titre Play Anywhere, il semblerait que la question soit encore en suspend. un vrai dilemme pour un studio qui doit choisir entre visibilité et rentabilité.

“Pour les joueurs, ce sont des services intéressants. D’un point de vue développeur, il y a un calcul à faire au niveau de la rentabilité. Et c’est assez complexe lorsqu’on est indépendant, il faut à la fois être connus mais aussi faire assez de recettes pour rentabiliser la production. Est ce qu’on peut réunir ces 2 objectifs avec ce genre de solutions ? A voir. En tout cas, nous réfléchissons dessus. Ce n’est pas parti aux oubliettes.”

Actuellement focalisée sur la fin de production de leur soft, l’équipe a déjà quelques pistes pour de prochains jeux mais rien n’est encore défini, quand à envisager de développer un DLC pour Unrully Heroes il semblerait que ça dépende tout simplement du succès du titre.

En attendant une sortie qui semble imminente sur Xbox One, PC, PS4, et Nintendo Switch, vous pouvez vous rendre sur le site officiel du jeu afin d’en savoir plus. Pour notre part, à Microsoft Waypoint, nous avons hâte de pouvoir vivre cette aventure et de vous en reparler plus en profondeur. 

Microsoft Studios : Le point sur les projets des 12 studios 1st party !

Microsoft Studios.png

Entre juin et novembre 2018, Microsoft a créé un studio et s’est offert les services de ­6 autres. Toutes ces acquisitions stratégiques galvanisent et sont synonymes d’avenir radieux pour la marque au X. L’occasion pour nous de tenter de faire le point.

Quels sont les projets en gestation au sein des 12 studios de développement ?

Petit tour d’horizon des studios 1st party, qui ont pour particularité d’avoir une gestion indépendante. Microsoft n’intervient pas dans le processus créatif de ses équipes et leur donne accès à ses ressources.

Au total, Microsoft Studios s’occupe de 12 studios pour plus de 1850 développeurs qui travaillent à enrichir le portefolio Xbox. A noter que les embauches continuent toujours à un rythme soutenu à l’heure où ces lignes sont écrites. Ce chiffre de plus de 1850 âmes est donc amené à évoluer.


Obsidian Entertainement


Irvine (Californie, USA). Effectif : 170 (2017). Fondé en 2003.

Acquisition par Microsoft : 2018.


Obsidian Entertainement.jpg

Auteur de titres RPG majeurs (Star Wars KOTOR, Fallout New Vegas ou encore Pillars of Eternity), le développeur s’active en coulisse sur un nouveau RPG mystérieux… Le titre devrait sortir en 2019.

Obsidian a par ailleurs signé un accord d’édition avec l’éditeur Take 2 avant que Microsoft n’entre dans l’équation, ce qui garantit probablement au futur titre une sortie sur la plupart des plateformes actuelles.

Enfin, sachez que ce futur jeu n’aura aucun système de loot.

37339.jpg


InXile Entertainement


Newport Beach (Californie, USA). – Effectif : entre 50/100. Fondé en 2002.

Acquisition par Microsoft : 2018.


InXile entertainement.png

L’autre studio spécialiste du RPG, acquis par Microsoft, travaille lui aussi depuis quelques temps sur un nouveau projet. En 2019, la licence Wasteland se verra octroyer un 3ème épisode.

Financé à hauteur de (presque) 3 millions de dollars sur la plateforme de crowdfunding Fig en 2016, le studio californien s’est engagé à sortir son jeu sur Windows, MacOS, Linux, PS4 et évidemment Xbox One. Le rachat de Microsoft ne remet pas en cause cette promesse.

Voici quelques images de Wasteland 3 :


Ninja Theory


Cambridge (Royaume-Uni)Effectif : 100. Fondé en 2000.

Acquisition par Microsoft : 2018.


Ninja_Theory_Logo

Les développeurs anglais ont tout raflé avec leur dernière production : HellBlade : Senua’s Sacrifice.

Si le titre a vu le jour assez récemment cette année sur Xbox, le studio est en réalité affairé depuis plusieurs mois sur différents projets.

Ainsi, les 100 personnes qui composent Ninja Theory travaillent sur des projets plus ou moins gros, allant du jeu VR, au jeu « classique ».

Une annonce est “hautement” probable pour 2019.

hellblade


Playground Games


Royaume-Uni – Effectif : +400. Création : 2010. Acquisition par Microsoft : 2018.


Playground Games.jpg

Voici un autre studio anglais, qui travaille en partenariat avec Microsoft depuis sa création en 2010 sur Forza Horizon. Quelques années plus tard, le studio de Raph Fulton rejoint la famille Microsoft Studios. En parallèle, une seconde équipe se constitue…

Equipe n°1 “Forza Horizon”

Royal Leamington Spa (QG du studio, Royaume-Uni)Effectif : env.200

forza_horizon_4_fortune_island.jpg

Comme vous vous en doutez, une équipe (celle d’origine) officie depuis 2012 sur la série des Forza Horizon avec un succès grandissant à chaque épisode. Il est acquis que l’équipe s’est mise au travail sur les futurs DLC avec l’annonce récente de Fortune Island pour Forza Horizon 4. Il faut aussi compter sur la suite de ce dernier, prévue dans quelques années…

Equipe n°2 “RPG Open World”

St. Albans House (Leamington Spa, Royaume-Uni)Effectif : env.200. Création en 2017.

2889434-villagepeace.jpg

La seconde équipe grossit, semaine après semaine, avec à son bord des pointures de l’industrie.

Le projet ? Un RPG open-world triple A. Voici ce à quoi Playground Games s’attelle depuis plusieurs mois. Les rumeurs vont (pour l’heure) toutes dans le même sens -> Fable IV <-

Début de réponse en juin prochain lors de l’E3 2019 ?


Mojang


Stockholm (Suède)Effectif : 100 en 2018. Fondé en 2009.

Acquisition par Microsoft : 2014.


Mojang.png

Le studio suédois acquis par Microsoft pour 2,5 milliards de dollars, continue à entretenir sa franchise phare : Minecraft.

En parallèle, l’équipe se lance dans une nouvelle aventure co-op nommée Minecraft : Dungeons, à paraître sur PC uniquement (pour l’instant).

3458c-en-tete-minecraft-dungeons-annonce-minecon-earth.jpg


Undead Labs     


Seattle (Washington, USA)Effectif : entre 50/100. Fondé en 2009.

Acquisition par Microsoft : 2018.


Undead Labs.jpg

En partenariat depuis leur création avec Microsoft, Undead Labs continue le support de son dernier titre en date : State of Decay 2.

Mais ce n’est pas tout. Le troisième épisode est selon toute vraisemblance bien en cours de production au sein du studio acquis par l’éditeur américain en juin dernier.

State-of-Decay-2-Zedhunter-660x372.jpg


The Initiative


Santa Monica (Californie, USA). Effectif : inconnu. Fondé en 2018 par Microsoft.


The Initiative.png

Sur les 7 nouvelles entités qui ont rejoint Microsoft Studios en 2018, il s’agit de la seule création d’équipe faite par l’éditeur.

CD-151216-exit-darrell-gallagher.jpgA sa tête : Darrell Gallagher, l’homme à l’origine du reboot de Tomb Raider en 2013.

Accompagné par des vétérans de l’industrie ce studio à de hautes ambitions pour créer une nouvelle franchise à gros budget, centrée sur une expérience solo. Les recrutements s’enchaînent et au vu de cette ambition affichée, les effectifs devraient atteindre entre 200 et 400 personnes, mais pas d’info officielle pour l’heure.


Rare


Twycross (Royaume-Uni)Effectif : env.200. Création : 1985.

Acquisition par Microsoft : 2002


RARE.png

Le studio anglais est toujours à l’œuvre sur le suivi de Sea of Thieves et de ses extensions. La prochaine en date « The Arena » est prévue pour 2019.

Le studio semble être divisé en 2 ou 3 équipes. Une nouvelle franchise est tout à fait probable pour Rare après SoT.

En effet, le studio ne veut pas entendre parler d’un nouveau Banjo et ne se sent pas capable de reprendre le ton caustique pour une suite de Conker. Si ces franchises reviennent, peu de chance qu’elles arrivent avec le logo de Rare apposé sur leur jaquette.

sea-of-thieves-top-wallpaper


Turn 10 Studios 


Redmond (Washington, USA) – Effectif : entre 100 et 300 selon les périodes de dev.

Fondé par Microsoft en 2001.


Turn10

Officiellement, l’équipe à l’origine de 7 jeux Forza Motorsport depuis 2005, n’est toujours pas à l’œuvre sur Forza Motorsport 8.

Le suivi de la septième itération étant la seule priorité officielle du studio.

Malgré la cadence d’un épisode tous les 2 ans à laquelle Turn10 nous avait habitué, il semble improbable que FM8 arrive en 2019 comme attendu.

Serait-il sur un nouveau projet différent de la série phare de simulation automobile ? *Suspens*

forza-motorsport-7-4-pd-1500x844


The Coalition


Vancouver (Colombie Britannique, Canada)Effectif : 200 (2015).

Fondé par Microsoft en 2010.


The Coalition.png

Un des studios fondés par Microsoft (ex-Black Tusk) et se chargeant exclusivement de la série Gears of War.

Actuellement, Rod Ferguson et son équipe travaillent activement à Gears 5 prévu pour fin 2019. Il supervise aussi deux autres projets : Gears Tactics sur PC et Gears Pop sur mobile, développés en externe.

Une rumeur indiquait une possible participation du studio dans un nouvel épisode de Perfect Dark. Lequel a formellement démenti peu après.

gears-5-5b1dd08912f16.jpg


Compulsion Games


Montréal (Québec, Canada)Effectif : 40. Création en 2009.

Acquisition par Microsoft : 2018.


Compulsion Games.jpg

Petite équipe québécoise qui vient de rejoindre Microsoft Studios en juin dernier. Auteur du récent We Happy Few, le studio est probablement déjà au travail sur un nouveau jeu encore inconnu, exclusif aux plateformes de Microsoft.

We-Happy-Few-01-770x406.jpg


343 Industries


Redmond (Washington, USA)Effectif : 450 (2016). Fondé par Microsoft en 2007.


343 industries.png

L’équipe fondée par Microsoft, suite à la prise d’indépendance de Bungie il y a quelques années, est en charge de reprendre les reines sur l’IP star : Halo. Auteur de Halo 4 et Halo 5, 343i s’attelle au sixième épisode nommé Halo Infinite. Il faudra cependant être patient, la sortie n’intervenant probablement pas avant 2020.

En attendant, le studio peaufine toujours sa “Halo : MasterChief Collection” après 4 années de commercialisation, ainsi qu’Halo 5.

abc40661-c83e-478a-a5e6-c54f6cf9fb46.jpg


Microsoft_Studios_Logo

En conclusion, Phil Spencer a plus que doublé le nombre de studios internes en 6 mois lors de cette année 2018. Ce résultat est possible grâce à la réorganisation de la branche Xbox de mars 2017 sous l’impulsion de Satya Nadella, qui a littéralement brisé les chaînes qui retenaient les ambitions de la division.

En résulte des investissements conséquents, bien sentis et ce n’est pas fini… Vous pouvez nous croire sur ce coup.

Correction : Darkfoxx

OMEGA STRIKE: du metroidvania sauce nanar

Omega Strike fait partie de ces jeux qui se sont retrouvés dans ma shop list en 2 minutes grâce à un argument souvent anodin mais qui presque tout le temps prend sa source dans ma curiosité. Dans le descriptif du jeu, outre la liste des différentes features que nous serons amenés à rencontrer dans le jeu, une m’a interpellé. Elle affichait fièrement une bande son made in Ken Snyde. La bande annonce proposait une musique déjà super sympa et je me demandais “mais qui est donc ce Ken Snyde ?” 2 minutes plus tard je plongeais dans une aventure sympa et nanaresque, développée par Woblyware.

 

Alors soyons honnêtes, sa bande annonce résume quasi à la perfection ce que vous rencontrerez dans Omega Strike, on y voit dans les grandes lignes l’intérêt du jeu. En la visionnant vous saisirez probablement ce qui m’a fait télécharger le jeu. Il s’annonce simple et efficace, pixel art non grossier (oui oui j’insiste au travers de mes tests mais le pixel art n’est pas obligatoirement une bouillie de pixel), un gameplay typé metroidvania et comme vous pouvez l’entendre, une musique “trop cool !” En bon amoureux et nostalgique des années 80, je me suis dis ce jeu va me plaire.

Omega Strike_20180614220953
Notre trio de héros

Comme mentionné dans le titre, le jeu arborera une petite ambiance nanar mignonesque, et pour être franc je ne sais pas si c’est voulu ou non mais les références sont si nombreuses que je ne peux imaginer que cela soit un hasard. Nous contrôlerons donc 3 personnages chacun clairement militarisés avec des compétences qui le seront tout autant. L’un prendra des allures de Rambo, sera capable de s’accrocher aux poutres et de proposer un tir rapide de mitrailleuse, le second ressemblera à une caricature de ninja capable d’un double saut et de tirer au fusil à pompe ; pour finir, le troisième se présentera comme un personnage plus bodybuildé, équipé d’un lance grenade et expert en explosifs. Cette escouade devra s’opposer au vil Docteur OMEGA et son armée de mutants afin de réduire à néant ses ambitions de domination du monde.

dromega
Le Dr OMEGA et son armée

Nous commencerons par une classique phase de tuto bien intégrée au scénario où notre trio devra fuir une base souterraine. Cette séquence sera l’occasion de présenter les différentes premières capacités de nos héros mais aussi d’introduire l’un des atouts majeur du gameplay d’Omega Strike, à savoir, la possibilité de switcher d’un héros à l’autre afin d’évoluer dans les niveaux et encaisser les pièges et autres obstacles du level design ou du bestiaire. En fin de tuto nous auront droit à un événement on ne peut plus classique mais toujours aussi efficace, la dispersion de l’escouade dont il ne restera plus qu’un membre. Vous l’aurez compris il faudra aller libérer ses copains et surtout leurs capacités, un peu à la manière d’un Megaman.

Une fois le tutoriel bouclé, nous serons face à ce qui fera office de hub central de la map, un village dans lequel nos héros devront régulièrement revenir se préparer pour leurs diverses excursions dans les niveaux du jeu. Au programme, ravitaillement en items de restauration, boutique où nous pourrons y dépenser l’argent gagné et upgrader nos capacités. Nous y trouverons aussi un hélico qui nous permettra de voyager vers les 5 cartes du jeux, chacune déblocables au grès des découvertes et des boss vaincus dans un classique ordre de difficulté. Justement, parlons de cette dernière. La difficulté du jeu est bien dosée dans l’ensemble, le bestiaire, bien diversifié, n’est jamais trop vicieux mais jamais non plus placé au hasard. Le gameplay ne souffrera jamais de gros défauts et restera toujours précis tout en autorisant les erreurs d’approximation, dans les sauts par exemple.

La difficulté monte crescendo et les prémices d’un obstacle nouveau seront toujours logiquement effacées par de nouveaux pouvoirs fraîchement gagnés. J’exprimerais tout de même un regret. Il est dommage de voir que la fonctionnalité de switch de personnages n’ait pas été assumée à un plus haut degrés. Je m’attendais, à un moment, à avoir à faire à des passages plus tortueux où il aurait fallu sauter puis switcher tirer puis reswitcher avant de reposer le pied sur une hypothétique plateforme par exemple, mais non rien de tout ça. Changer de personnage ne se fait jamais sous la pression de ce qui gravite autour du héros. Je rajouterais que les boss, bien qu’originaux, ne sont jamais réellement compliqués et que les plus difficiles d’entre eux semblent avoir annihiler toute idée de stratégie d’apprentissage de leur paternes au profit d’une technique plus bourrine où il suffira de rester en vie et de se goinfrer d’items de restaurations tout en tirant dessus.

OSvillage Omega Strike_20180609011319OSforet OSboss

Terminons par ce qui m’a fait acheter le jeu, la mise en avant de la bande son. Et bien je dois vous avouer que, bien que sympa, j’ai quand même été un chouia déçu, la meilleure musique est clairement celle de la bande annonce du jeu. Cela ne veut pas dire que les musiques du jeu sont mauvaises, elles sont sympas et on les gardera en tête assez facilement grâce à un style rétro bien présent, en revanche ce petit ton année 80 palpable dans la bande annonce est absent du jeu. Voilà, curiosité levée, et au passage Ken Snyde est un artiste qui travaille sous le pseudonyme “Coda” pour un label musical indépendant du nom de Scarlet Moon Productions spécialisé dans la musique pour jeux vidéo.

Pour conclure, Omega Strike est un jeu simplement amusant, au gameplay simplement efficace, à la bande son simplement rétro avec un méchant qui veut simplement conquérir le monde et une triplette de héros qui veulent simplement l’en empêcher. Le switch de héros est simplement cool, le level design est simplement bien pensé, les capacités simplement utiles pour avancer le tout dans un gameplay simplement accrocheur et dans le fond c’est simplement ce qu’on demande à un jeu vidéo non ? Comptez simplement une dizaines d’heures de jeux pour une simple dizaine d’Euros et des succès assez simples à débloquer.