Microsoft Studios travaille sur des nouveaux jeux AAA “visuellement époustouflants”

the-first-xbox-one-x-commercial-696x464

Microsoft Studios et plus particulièrement la Global Publishing Team (Quantum Break, ReCore, Ryse, Sunset Overdrive, Ori I&II, State of decay, Crackdown) recherchent activement plusieurs candidats pour un/des nouveaux jeux AAA “visuellement époustouflants” pour Xbox et Windows 10.

Parmi les profils recherchés un Graphic Software Enginer qui devra avoir au moins 5 ans d’expérience devra travailler avec des équipes internes et externes pour créer des jeux AAA “visuellement époustouflant”. Le candidat doit avoir évidement une solide expérience dans les jeux AAA et sur des moteurs tels que Unity, Unreal Engine et équivalent.

Toujours chez la “Global Publishing Team” un producteur exécutif est demandé, celui-ci devra avoir au moins 10 ans d’expérience et avoir au moins travaillé sur un jeu AAA. Il devra coordonner les efforts entre Microsoft studios et “les partenaires de développement”

Sur l’annonce une phrase assez révélatrice qui pourrait suggérer que Microsoft planche actuellement sur au moins une nouvelle franchise AAA:

Microsoft Studios compte un certain nombre de franchises à succès: Minecraft, Halo, Forza Motorsport et Gears of War. L’objectif de Global Publishing est d’ajouter de nouvelles entrées à cette liste de franchises AAA de renommée mondiale.

Phil Spencer le patron Xbox avait évoqué pendant l’E3 un certain nombres de choses “déjà signées” en cours de développement mais qui ne voulait plus montrer les jeux trop tôt sous peine de compliquer la tâche aux équipes de développement. Il semble que tout est en train de prendre forme en interne. Et avec la sortie prochaine de la Xbox One X  la firme de Redmond n’a pas intérêt à chômer.

Auteur: Noble Swan

Correction: Darkfoxx

 

Microsoft : Résultats 1T 2018 portés par le Cloud et Surface

 

DNFv_s6VAAAkb7n.jpg
Satya Nadella (CEO de Microsoft)

Microsoft toujours en forme. Le groupe de Redmond vient de publier ses résultats pour le 1er trimestre 2018 avec un chiffre d’affaire total de 24.53 milliards de dollars (+ 12% par rapport à l’an dernier).

 

Les analystes s’attendaient à 23.56 milliards de dollars, le groupe dirigé par Satya Nadella fait donc mieux qu’attendu. Le bénéfice net, lui, se porte à 6.576 milliards de dollars (soit + 16% YoY).

Plus concrètement, la croissance s’articule autour du Cloud, avec 6.9 milliards de dollars à lui seul, soit un bond de 14% depuis l’année précédente. La plateforme Azure et son chiffre d’affaire progresse quant à elle de 90%.

À noter, de belles performances sur d’autres secteurs :

          Office et ses produits et services Cloud liés croissent de 10%

          Microsoft Dynamics de 13%. Ce qui comprend la bonne performance de Dynamics 365 avec une croissance de 69%.

          Bing, le moteur de recherche se porte bien avec 15% de croissance depuis l’an dernier. 100 millions d’utilisateurs à travers 7 pays d’Europe et 3 milliards de recherches par mois.

          LinkedIn a rejoint Microsoft il y a un an et les bénéfices commencent à s’illustrer. Le réseau social aux 500 millions de professionnels dégage 1.1 milliards de dollars (+ 20%)

          Windows OEM se paie le luxe d’un petit 4% de croissance après tant de trimestres moroses. 

          Surface fait une belle performance avec 12% d’augmentation (le Surface Laptop s’en sortirait plutôt bien). Soit un revenu de 1.037 milliards de dollars. 

          Xbox reste stable avec une légère hausse de 1%. Si la partie hardware peine un peu sur les trois derniers mois, les utilisateurs actifs Xbox Live sont de 53 millions (+ 13%). Le Software Xbox grimpe même de 21%. Le revenu du gaming chez MS atteint les 1.896 milliards de dollars. 

Suite à l’annonce de ces résultats, l’action du groupe monte de 1.98% pour atteindre le seuil symbolique des 80,32 dollars.

La Surface Book 2 est là ! Puissance et portabilité à leur apogée.

Surface Book 2 4

Il y a quelques jours, les équipes de Microsoft ont levé le voile sur la nouvelle itération de la Surface Book. Accolée du chiffre 2, cette Surface Book garde le concept hybride qui avait tant fait parler d’elle en 2015, alliant la puissance d’un laptop et la portabilité d’une tablette.

Au rang des nouveautés : une puissance phénoménale pour un tel gabarit et 2 tailles d’écran distinctes (13.5 et 15 pouces)

Ajoutons à cela jusqu’à 17 heures d’autonomie (dont 5H pour l’écran en mode tablette) annoncées par Microsoft, la présence d’un port USB-C, inédite dans la gamme Surface, en plus des deux ports USB 3.0 déjà présents sur le premier modèle.

Les nouvelles Surface Book sont même capables de gérer les casques AR/VR Windows Mixed Reality !
Les cartes graphiques équipant cette SB2 varient en fonction du modèle entre Intel HD 620, GTX 1050 ou 1060 de chez Nvidia. Cette dernière sera réservée aux modèles 15 pouces.

Surface Book 2

Surface Book 2 (13,5 pouces)

  • 7ème génération Intel Core i5, 8 Go de RAM, 256 Go, Carte graphique Intel® HD 620 – 1.499$ / 1749€
  • 8ème génération Intel Core i7, 8 Go de RAM, 256 Go, Carte graphique séparée NVIDIA® GeForce® GTX 1050 – 1.999$ / 2249€
  • 8ème génération Intel Core i7, 16 Go de RAM, 512 Go, Carte graphique séparée NVIDIA® GeForce® GTX 1050 – 2.499$ / 2849€
  • 8ème génération Intel Core, i7, 16 Go de RAM, 1 To, Carte graphique séparée NVIDIA® GeForce® GTX 1050 – 2.999$ / 3449€

Surface Book 2 2 .png

Surface Book 2 (15 pouces)

  • 8e génération Intel Core i7, 8 Go de RAM, 256 Go, dGPU – 2.499$
  • 8e génération d’Intel Core i7, 16 Go de RAM, 512 Go, dGPU – 2.899$.
  • 8ème génération Intel Core i7, 16 Go de RAM, 1 To, dGPU – 3.299$

 

Petite précision : les prix pratiqués en France (en €) ne sont pas affichés pour le modèle 15 pouces. Il est pour l’heure réservé au Etats-Unis et devra probablement attendre 2018 pour toucher le sol français.

Vous retrouverez les différents modèles disponibles dans l’hexagone sur le Microsoft Store fr. Les précommandes débutent le 09 novembre prochain.microsoft-surface-book-2-15-pouces_edeb8fb6215ec871__450_400

War Thunder arrive bientôt sur Xbox One

Déjà disponible sur Playstation 4, Mac OS, Windows et Linux, War Thunder s’apprête enfin à débarquer sur la console de Microsoft.

C’est via le site officiel du jeu qu’on apprend la nouvelle: Gaijin Enterteinment vient tout juste d’annoncer avoir commencé à travailler sur une version Xbox One de son Free to Play multijoueur, lequel prend place durant la seconde guerre mondiale.

Pour l’occasion, Anton Yudintsev le pdg du studio, s’est prêté à l’exercice de la traditionnelle déclaration pleine d’enthousiasme:

A de nombreuses reprises, les joueurs nous ont demandés de porter War Thunder sur Xbox One, et nous nous y somme préparés depuis un moment. Récemment, nous avons conclu un accord avec Microsoft permettant de lancer le jeu sur leur console, et aujourd’hui, nous sommes heureux de partager cette grande nouvelle avec vous!

Aucune date n’est encore avancée, tout juste sait on que la 4K sera au programme, mais cette résolution sera très certainement réservée à la Xbox One X.

Shannon Loftis parle des jeux solo

quantumLes jeux solo vont ils finir par disparaitre? Il y a peu de chances mais…

Alors qu’Electronic Arts vient de fermer Visceral Games, et que l’éditeur réoriente le projet de jeu solo Star Wars vers “une expérience plus large”, ceci affin de répondre à la tendance suite aux “changements fondamentaux du marché”, on ne peut que repenser aux paroles de Phil Spencer qui s’inquiétait de voir les jeux solo avoir de moins en moins d’impact face aux jeux basés sur un service.  L’actualité semble donc lui avoir donné raison, et fournit l’occasion à Shannon Loftis de faire le point sur cette catégorie de jeux auprès du site Gamespot.

Selon la femme à la tête de Xbox Publishing, les jeux solo ne sont pas morts mais doivent faire face à la problématique de la viabilité commerciale. En effet, la demande des joueurs en terme de qualité allant crescendo, cela implique une hausse constante des coûts de productions, et donc un seuil de rentabilité plus difficile à atteindre. Paradoxalement la narration devient de plus en plus primordiale dans la conception des jeux.

Bien entendu, certains jeux exclusivement solo s’en sortent très bien, la cadre de fallout 4Microsoft évoquant par exemple Fallout 4 de Bethesda, Horizon Zero Dawn de Sony ou encore Ori de sa propre boite. Mais globalement, les budgets de productions souvent importants peuvent refroidir les éditeurs qui y voient un risque financier, étant donné que la rentabilité est astreinte aux ventes du jeu. A côté de ça, il est plus tentant d’investir dans des projets qui continueront de rapporter de l’argent post lancement.

Pour résumer ses paroles, le marché du jeu exclusivement solo n’est pas “mort”, mais investir dans ce genre d’expérience devient compliqué sur le plan économique, ce qui explique l’émergence des micro transactions dans les titres AAA comme on peut le voir, par exemple dans Middle-Earth: Shadow of War.

Cela dit, Microsoft dispose d’un atout avec le Xbox Game Pass, l’abonnement pouvant, selon Shannon Loftis, permettre de financer des jeux solo. Une idée qu’avait déjà évoqué Phil Spencer.

On peut légitimement se demander pourquoi Microsoft n’abandonnerait pas purement et simplement cette catégorie de softs et si les jeux à joueur unique ne sont pas voués à disparaitre, ce à quoi l’intéressée répond:

“Je ne pense pas qu’il y aura un jour un moment où il n’ y aura plus de jeux solo, basés sur des histoires. (…) J’adore l’idée de construire une communauté autour de l’expérience de ces jeux.”

Une communauté autour d’un jeu prévu pour un seule joueur? quelle drôle d’idée! Mais Shanon Loftis précise sa pensée, elle souhaite trouver un moyen d’aider la communauté Xbox à se rassembler et à profiter de “l’expérience partagée d’un jeu solo” faisant un parallèle avec la série Game of Throne, et plus précisément avec l’épisode des noces pourpres qui s’est révélé tellement marquant qu’il a poussé les fans à se réunir pour en parler et à poster leurs réactions sur You Tube.

Ori-and-the-Will-of-the-Wisps-2

Une vision qu’on espère tous voir se concrétiser. D’ailleurs, au vu des nombreuses réactions postées sur You Tube lors de l’annonce du second épisode d’Ori, on à déjà un aperçu concret de ce dont Shannon Loftis parle.

Phil Spencer promu. La Xbox plus importante que jamais!

 

PhilSpencer1

Alors que certains joueurs aimeraient voir Phil Spencer quitter son poste à la tête de la division Xbox, jugeant sa prestation de piètre qualité, son employeur, lui, confirme son approbation totale. 

A l’aube de sa 4ème année, le « Xboss » est donc promu. Il rejoint la plus haute sphère au sein de la hiérarchie Microsoft, celle qui côtoie en direct le grand patron Satya Nadella.

En faisant cela, Microsoft donne une place de choix et ses lettres de noblesse (enfin !) au jeu vidéo en faisant siéger Xbox auprès des équipes dirigeantes.

Ce qui signifie deux choses :

          Satya Nadella a conscience de l’importance du jeu vidéo pour Microsoft.

          La branche Xbox n’a jamais été aussi ancrée et importante pour l’entreprise.

 

Avec l’équipe Microsoft Waypoint, nous avons longuement évoqué (entre nous) la promotion du directeur Xbox, en essayant d’y déceler les tenants et les aboutissants. Tout ça sans pour autant coucher sur papier nos idées et autres déductions trouvées. Mais à l’heure où j’écris ces lignes, Windows Central a rédigé un article causant des conséquences de ce choix stratégique sur la branche Xbox, très complet et avec lequel nous partageons l’essentiel des idées.

Ainsi, avec un petit décalage, nous vous proposons cet article qui démontre les bénéfices d’un tel mouvement interne. Car oui, il n’y a en tout et pour tout que des points positifs à une telle nomination.

 


Une liberté (presque) totale pour Xbox.


 

Premier gros changement pour M. Phil Spencer : ne plus rendre de compte à Terry Myerson, le patron de Windows.

Oui, la branche Xbox fût jusqu’à présent chapeautée par la division Windows, comme une sorte de « sous-division ». Mais ne vous méprenez pas, la convergence (entre Xbox et Windows) actuelle n’est pas une lubie de Terry Myerson que Phil Spencer aurait, à présent, le loisir de remettre en cause.

Cette convergence continuera donc en s’améliorant. C’est de fait une force pour la marque Xbox ainsi que pour Windows, même si, je vous le concède, ce n’est pas forcément très limpide par moment. 

rtr4avtb
Satya Nadella (PDG Microsoft)

 

Pour faire simple, Phil Spencer sera en lien direct avec Satya Nadella, sans aucun intermédiaire. Et c’est précisément là où le patron de la Xbox gagne en liberté. Conséquence immédiate : une marge de manœuvre inédite depuis l’entrée de Xbox dans nos salons.

Il faut dire que Terry Myerson n’est pas vraiment connu pour avoir le business du « gaming » dans le sang comme Phil Spencer. Et pour ainsi  dire il ne jugeait les propositions de ce dernier que par le prisme de Windows

Comme le souligne très justement le site anglophone, il n’en faut pas beaucoup plus pour avoir la puce à l’oreille sur une situation où d’importantes décisions ont probablement été tuées dans l’œuf, ne bénéficiant pas assez directement à l’OS historique.

Windows Central illustre concrètement le souci auquel Phil Spencer s’est confronté en évoquant le Windows Store. Cela devient une habitude : dès qu’un gros jeu, souvent maison, sort sur le Windows Store, on assiste à une pléthore de couacs arrivant avec lui. Rares sont les cas où tout se passe sereinement depuis 2 ans.

Tandis que dans le même temps, sur le Xbox Store, c’est un (quasi) sans-faute.

Comment l’expliquer ? Tout simplement et comme les noms l’indiquent : le Windows Store est géré par les équipes Windows, le Xbox Store par la division Xbox.

Nous n’irons pas jusqu’à dire que les messieurs de Windows n’ont rien à faire du jeux vidéo mais manifestement ils ne se donnent pas les mêmes moyens que chez Xbox.

Vous avez donc un aperçu de la probable difficulté à laquelle s’est confronté Phil Spencer durant 3 ans, tout en redressant une branche meurtrie par l’ouragan Don Mattrick au lancement de la Xbox One en l’an 2013.

 Le résultat est plutôt réussi (sans être parfait) quand on prend conscience de ce contexte difficile. Ne serait-ce que la politique « made in Spencer » que nous évoquions il y a quelques mois qui suffit à donner le ton pour la suite des évènements avec cette indépendance fraichement acquise. 

 


La question du budget. 


 

Quand la question du budget de la branche Xbox s’incruste dans les débats sur les forums de jeux vidéo, tout le monde se transforme en maître de la finance à grand coup d’éclats et d’affirmations sorties de nulle part… Enfin, pas tout à fait de nulle part… Les rumeurs et autres « analyses d’analystes qui analysent » viennent semer le doute.4editeurs20170612_074525_3_big

 Dernièrement l’idée que la branche Xbox soit sciemment sous-alimentée budgétairement parlant a suffit pour relancer l’annonce d’une mort prochaine du secteur Xbox chez Microsoft et d’un désengagement total de ce dernier.

Ce changement dans l’organigramme vient balayer d’un revers de la main tous fantasmes à ce sujet. 

A présent, le budget de la branche Xbox lui sera de facto attribué directement en lieu et place d’un « pourcentage » en provenance de la division Windows.

La marge de manœuvre s’en trouve accrue pour les équipes de Phil Spencer. Ce dernier pourra aussi s’entretenir directement avec Amy Hood (la directrice financière de big M). 

De l’aveu même du patron de la Xbox, le prochain chantier se matérialisera sur les studio 1st party. Ceux du Xbox live, de l’OS de la console et du hardware étant arrivés à termes.

 

Voilà que cette liberté de mouvement mettra toutes les chances du côté de M.Spencer, même si les bénéfices ne devraient être palpables que dans plusieurs longs mois. Cela étant dit, il se murmure que les équipes Xbox pourraient hériter de la gestion des jeux sur le Windows Store, de quoi assurer, enfin, le suivi que les joueurs attendent ? 

 

Merci à Darkfoxx pour son aide.