Xbox One X : Historique des prédictions que Microsoft a mis sur la touche.

the-first-xbox-one-x-commercial-696x464

 

La Xbox One X fêtera dans quelques jours son premier mois de commercialisation et si les résultats semblent satisfaire le patron de Microsoft, il est une chose que cette petite sœur de la famille Xbox One a réussi avec brio : mettre en échec la quasi-totalité des prédictions à son sujet. Petit tour d’horizon de ce qui a pu se dire, se lire ou s’écrire sur la toile après l’annonce du « Project Scorpio » jusqu’à la commercialisation de la Xbox One X :

 


« Le Project Scorpio sera à plus de 600€. »


 

project-scorpio_01b0000001637146

Le sujet du prix a probablement été le premier point à enflammer le net. Microsoft a lui-même entretenu le mystère autour du prix de manière régulière. Phil Spencer montait au créneau pour rafraîchir les ardeurs de certains spéculateurs. Il affirmait alors que le produit était axé clairement sur le segment du « luxe » en ajoutant qu’il serait de facto cher et pas forcément « abordable » pour tous les joueurs.

Puis, quelques jours après pouvait-on entendre un discours moins alarmiste soulignant qu’il n’y aurait rien de disproportionné ou de jamais vu sur la tarification du produit.

Ainsi, certains semblaient convaincus que Microsoft s’aventurerait dans une fourchette entre 600 et 800 dollars.

Le résultat est pour le coup une petite surprise avec les 499$/€ affichés. Le ratio performance/prix est imbattable.

 


« 6 TFLOP ne suffisent pas pour de la 4K ».


 

xbox-scorpio-specs-prix-date

L’idée que 6 Tflops ne suffisent pas pour afficher de la 4K native a eu le vent en poupe pendant un long moment. La communauté de joueurs PC appuyant en ce sens (les cartes graphiques qui gèrent facilement ce genre de résolution sont parfois plus chères que la console et ont plus TF), ou encore un Marc Cerny (l’ingénieur à l’origine de la PS4/PS4 Pro) affirmant qu’il faut idéalement 8 Tflops pour afficher une résolution 4K, participent à entretenir un sentiment de méfiance quant à la véracité des propos de Microsoft sur ce sujet. Pour beaucoup, la firme de Redmond s’arrangerait avec la réalité et ne pourrait tenir cette promesse.

Résultat ? Vous me voyez venir, non ? Prédiction évidemment fausse. De par l’optimisation poussée à l’extrême sur cette Xbox One X, ce petit miracle est devenu réalité. L’intégration de DirectX12, directement et nativement dans le GPU par exemple (c’est une première), permet d’alléger le CPU. Dans les faits, on passe de plus de 1000 opérations de calculs pour obtenir un résultat à seulement 11 ! Pour schématiser, Microsoft peut faire plus avec moins sur Xbox One X.

Voilà pourquoi, entre autres choses, cette prédiction est complètement biaisée.

 


« La X utilisera des réglages en low/medium pour pouvoir faire de la 4K. »


 

gears-4-1

Puisque Microsoft martelait, sans vaciller, que oui la Xbox One X pouvait faire de la 4K en dépit du scepticisme ambiant, cela a très vite axé le débat sur un autre élément. Il faut dire que l’aplomb de Microsoft sur le sujet étonne autant qu’il interpelle, et il devait obligatoirement y avoir une explication « rationnelle » ! Très vite l’idée a fait son chemin que, même si la 4K semblait acquise, jamais il ne pourrait être question de « settings » en ultra comme sur un PC performant.

Le net tablant alors sur des paramètres en « low » ou au mieux en « medium ». Dans l’inconscient collectif, une console à ce prix ne pouvait évidemment pas faire plus…

Résultat ? Encore faux. Les preuves se multiplient et Gears of War 4 est probablement le meilleur exemple à ce sujet : une 4K native couplée à des détails visuels et techniques en « ultra » préalablement disponibles uniquement sur la version PC du titre.

 


« La console ne pourra pas faire du 4K/60fps. »


 

Résumons : la One X sait parfaitement gérer une résolution 2160p native si le développeur s’en donne la peine, le tout à 30fps. Elle sait gérer tout aussi bien le 60fps en 1080p. Mais quid du combo 4K/60fps ? Oui, c’est possible. Mais les cas restent rares. Il s’agit généralement de jeux peu ou moyennement gourmands, à l’exception de certains gros titres très bien optimisés comme par exemple Forza Motorsport 7.

Cette prédiction n’est donc pas entièrement fausse. Pour rappel, Microsoft n’a jamais promis ce combo résolution/fps comme base récurrente sur sa console.

 


« Aucun partenaire 3rd party ne supportera la Xbox One X et sa 4K. »


 

2324ec96-3670-4d9f-b06f-756d8247687a

Cette prédiction affirmation coule de source pendant plus d’un an. Deux raisons principales à cela…

La PS4 servant très régulièrement de « lead-plateform » pour développer un jeu, personne ne pensait que les éditeurs tiers iraient revoir leur copie spécifiquement pour la Xbox One X avec une part de marché deux fois moins importante que celle du leader actuel.

Au mieux, pouvait-on espérer des versions identiques à ce que certains proposaient déjà sur PS4 Pro. Le support de cette dernière étant de surcroit assez faible de la part des développeurs, la question pouvait se poser légitimement. (Pour rappel au lancement on comptait environ 30 titres exploitant à minima la version « Pro » de la PS4)

Au pire, personne (éditeurs/développeurs) n’irait mettre de l’argent sur une version Xbox One X, qui de toute façon, rapportera moins qu’une version PS4/PS4 Pro, même « moins belle ».

La cohésion entre Xbox et PC rend cette question plutôt glissante. Car dans les faits aujourd’hui, les éditeurs poussent les versions PC de leurs jeux toujours au maximum de ce qu’ils peuvent faire à l’instant T. Puis, ils procèdent à une série de concessions plus ou moins importantes selon la plateforme sur laquelle ils souhaitent proposer leur soft.

Sauf qu’ici, Microsoft l’a plutôt finement joué. Effectivement, en permettant aux développeurs de réaliser des portages quasi-instantané entre un PC et une Xbox, sans concession ou si peu grâce à la surpuissance hardware de la One X, la société de Redmond a rendu la question initiale totalement inadéquate.

Le résultat ? La Xbox One X est largement supportée par les éditeurs, et pour cause, ils n’hésitent pas à exploiter les plus de 40% de puissance supplémentaire (par rapport à la PS4 Pro). A l’heure où ces lignes sont écrites la barre des 170 jeux optimisés (ou annoncés tels quels) Xbox One X est atteinte après seulement 23 jours de commercialisation. Grâce à cela, Microsoft éloigne l’ombre de l’incident industriel, c’est à dire un trop faible support technique d’un nouvel hardware, contrairement à son concurrent.

 


« Xbox One X sous-exploitée, la faute à la Xbox One/PS4. »


 

Console surpuissante ? Ok on a tous compris. Mais comment bien exploiter cette puissance quand la Xbox One (S) et la PS4 peuvent potentiellement tirer vers le bas la qualité visuelle des jeux ?

Le gros avantage pour Microsoft réside probablement dans la love story que sa Xbox entretient avec le monde du PC. Avec des outils de développement identiques qui facilitent le portage, les développeurs peuvent en un temps record proposer un portage exploitant à minima les capacités du « monstre ». Et cette cohésion n’a pas fini de se développer.

Néanmoins, les contre-exemples existent. Le cas de PUBG (jeu multijoueur, disponible le 12 décembre prochain sur Xbox) illustre parfaitement ce « soucis ». Le titre de Bluehole restera donc, pour le moment, en 30fps sur Xbox One X, alors que le 60fps est possible et fût même envisagé un temps. Pourquoi ? Il ne faut pas pénaliser les joueurs de la version Xbox One d’origine, qui oscille entre 30/40 images par secondes sur ce jeu. Selon le développeur, et sauf solution d’optimisation pour amener le framerate de la version Xbox One à 60 fps, les joueurs One X n’en profiteront pas.

 


« La Xbox One X va surchauffer, fera beaucoup de bruit et consommera tout autant »


 

Les tests pro sont passés par là, les retours utilisateurs aussi. Et ce ne sont pas quelques vendeurs malhonnêtes d’une grande chaine de magasins spécialisés (M……..) très connue en France, désireux de vendre une assurance complémentaire à leur vente, ou certains sites français et leurs problèmes de méthodologie, qui donneront du poids à cette prédiction. Car en soit elle est totalement fausse, et les ingénieurs de Microsoft ont réussi ce tour de force dans un si petit châssis : à savoir, rendre la console silencieuse, avec un dégagement de chaleur maitrisé. Plus généralement, c’est la fiabilité tout entière qui est à saluer.

 


« Un PC à 500€ fait tout aussi bien qu’une Xbox One X. »


 

La console ayant enterré la totalité des interrogations, que reste-il à lui reprocher ? Hormis l’éternel « manque de jeux exclusifs » ?

Et bien encore aujourd’hui, « El Famoso » PC à 500$ pouvant tenir tête à une Xbox One X, jouit d’un certain succès auprès de quelques fans inconditionnels, qui se refusent à une réalité pourtant très concrète.

C’est simplement impossible. Factuellement, l’équivalence PC de la console de Microsoft est, en moyenne et à ce jour, dans des prix oscillant entre 1000 à 1500$/€ minimum.

 


Rédaction et correction par Twins & Darkfoxx.

 

 

 


5 réflexions sur “Xbox One X : Historique des prédictions que Microsoft a mis sur la touche.

  1. Cette console est étonnante sur tout les points .
    Loin de la propagande inverse de certains sites pour gamins prépubères , elle écrase techniquement la concurrence de façon assez violente et définitive sur les multi.

    Fortement recommandable donc.

    J'aime

  2. le processus a été maitrisé de bout en bout,que ce soit la comm,la conception,le prix et l’approche avec les devs /éditeurs tiers.
    c’est carrément un sans faute,la ou sony a balancé sa pro plus ou moins a  » l’arrache » microsoft a été méticuleux sur tous les points.
    quand a la console en elle même c’est un pur bonheur de jouer dessus.

    Aimé par 1 personne

      1. j’espère qu’on aura des annonces sympas assez vite, j’ai un peu été déçu de ne pas avoir eu de nouvelles d’Halo 6 aux games award.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s