Projet Acoustics : un moteur d’acoustique ondulatoire saisissant !

Entre 2012 et 2016, les équipes de Microsoft Research ont travaillé avec les équipes audio de Gears of War et de Triton pour mettre au point une nouvelle technologie de restitution du son in-game. La journée d’hier marque l’officialisation du Projet Acoustics / Triton

Lire la suite

Récapitulatif des noms de code des projets Microsoft en cours…

Si vous suivez l’actu Microsoft, vous savez qu’elle est dense et passionnante en ce moment ! En effet, Satya Nadella et ses équipes travaillent de front sur plusieurs projets qui peuvent (potentiellement) redéfinir les lignes…

Lire la suite

Microsoft dévoilera ses HoloLens 2 à la fin du mois lors du MWC 2019 !

Schermata-2018-10-01-alle-08.47.06.png

Microsoft se prépare à l’exercice de la conférence de presse lors du « Mobile World Congress » de ce mois-ci à Barcelone.

Après plusieurs années d’absence, probablement liées à l’abandon du segment téléphone (sur la partie hardware et OS du moins), le géant américain retente l’exercice mais sans aucun GSM en poche.
Le salon barcelonnais est aussi l’occasion de mettre en avant d’autres types de produit « portatif »…

Et pour cause, Alex Kipman a posté un teaser :

 

Alex Kipman, c’est l’homme derrière le projet HoloLens. Très vite, l’on imagine facilement l’annonce d’un nouveau casque. Heureux hasard, pas mal de rumeurs allant dans ce sens ont égrenés le net ces derniers mois.

Sur cette vidéo teaser, une date apparait : le 24.02.2019. C’est ce jour-là que l’ingénieur de Microsoft devrait monter sur scène afin de dévoiler sous toutes les coutures la nouvelle version des HoloLens.

hololens gif 2.gif

Pour ceux qui ne le savent pas, HoloLens est un casque à réalité augmentée annoncé en janvier 2015 (déjà) par Microsoft.

Les principales innovations attendues concernant ce modèle 2.0 se situeraient au niveau du champ de vision élargi. Il serait aussi plus léger et avec des performances générales en hausse.

Microsoft-HoloLens-Could-Last-Only-2.5-Hours-1024x576.jpg

Microsoft serait « prêt » à toucher une cible plus ample avec ses HoloLens 2.0. Pour rappel, la première version du casque n’était réservée qu’aux professionnels, pour un prix unitaire de 3299€ TTC en France.

Sekiro: Shadows Die Twice: les configurations PC révélées

header

La sortie de Sekiro: Shadows Die Twice arrivant à grands pas, la communication autour du jeu s’intensifie. Après avoir publié le « story trailer » il y a quelques jours, aujourd’hui nous avons droit aux détails concernant les configurations de la version PC.

Globalement les configurations sont au dessus de ce qui était demandé au minimum du moins pour Dark Souls III pour les détails c’est par ici:

Configuration minimum

  • OS: Windows 7 64-bit | Windows 8 64-bit | Windows 10 64-bit
  • Processeur: Intel Core i3-2100 | AMD FX-6300
  • RAM: 4 GB RAM
  • Vidéo: Nvidia GeForce GTX 760 | AMD Radeon HD 7950
  • DirectX: Version 11
  • Espace disque: 25 GB

Configuration recommandée

  • OS: Windows 7 64-bit | Windows 8 64-bit | Windows 10 64-bit
  • Processeur: Intel Core i5-2500K | AMD Ryzen 5 1400
  • RAM: 8 GB RAM
  • Vidéo: Nvidia GeForce GTX 970 | AMD Radeon RX 570
  • DirectX: Version 11
  • Espace disque: 25 GB

Il est a noter que bien que Sekiro ne reniera pas sa patte Dark Souls-esque, il passe tout de même comme une évolution du genre et changera drastiquement son approche des combats. Le jeu sera plus vertical avec des sauts et des bons beaucoup plus impressionnants. Tout ceci demande bien évidemment plus de ressources qu’un « simple » Dark Souls. Espérons tout de même que tout ceci ne sera pas accompagné des problèmes de frame rate presque emblématiques de la précédente saga… Ah ce Hameau du Crepuscule !

 

Sekiro: SHadows Die Twice sera disponible le 22 mars 2019 donc préparez bien vos configs ! Et pour ceux qui ne veulent pas se prendre la tête… Une simple XboX One X suffit…

Chernobylite : un survival horror radioactif sur Xbox One

apres-get-even-the-farm-51-annonce-chernobylite-80377851

La Russie est à l’honneur en ce mois de février, la sortie de Metros Exodus approchant à grands pas et bien c’est le moment que le studio Farm 51 a choisit pour annoncer Chernobylite, un survival horror dans le plus pur style du studio polonais à qui l’ont doit le très sympathique Get Even.

Pour ce qu’on sait de Chernobylite, il s’agira d’un jeu thriller horreur prenant place en pleine zone radioactive suite à l’explosion, en 1986, de la célèbre centrale nucléaire. Logiquement cette zone a fortement été chamboulée par ce triste événement mais pas comme on le pense. Au delà de la radioactivité imprégnée dans  la zone, une forte présence paranormale et mystique semble s’être installée dans le coin.

Bon à savoir: nous avons un peu investigué de notre coté et nous avons découvert que la Tchernobylite (attention à l’orthographe) est en fait un minerai composé d’uranium et donc fortement radioactif qui a été découvert au cœur du célèbre réacteur.

Nous prendrons le contrôle d’un scientifique qui ira sur les lieux de la catastrophe des années plus tard, à l’endroit même où sa femme a périt, lors de l’explosion donc.

Au menu: de l’exploration (la zone a été restituée totalement grâce à un scan 3D fait sur place), des combats contre des êtres surnaturels et des mutants, de la collecte et du craft mais aussi une mystérieuse réalité alternative qui affectera vos sens et votre perception de l’environnement. Le jeu sera non linéaire et proposera un système de choix dans la manière dont on abordera les groupes rencontrés dans cette zone d’exclusion. Oui oui tout cela rappelle fortement Metro Exodus et autres Fallout.

Chernobylite, tournant sous Unreal Engine 4, est prévu pour une arrivée en fin d’année 2019 sur PC et console, on espère une optimisation Xbox One X !

Microsoft Studios et Xbox se donnent les moyens de leurs ambitions.

 

 

 

Microsoft Studios

 

Microsoft garde le cap, affûte ses armes, peaufine le moindre détail pour sa prochaine Xbox. Cela fait des mois qu’on évoque les grands changements qui interviennent au sein de la division Xbox, et les choses avancent à grands pas.

 

 L’investissement de Microsoft dans les jeux vidéo n’a pour ainsi dire probablement jamais été aussi massif.

Pour s’en convaincre, regardons la stratégie de Satya Nadella et de ses équipes pour la branche Xbox. Entre juin et novembre 2018, Microsoft a acquis 7 studios de développement. On sait que l’entreprise n’a pas fini son « remodelage » interne. D’autres acquisitions sont attendues pour 2019.

Le profil des candidats privilégiés de Microsoft est assez précis mais pas exclusif. Ce sont généralement des studios de taille modeste, à l’effectif oscillant entre 50 et 100 personnes. Souvent ces studios ont la capacité de faire des choses solides avec des moyens (parfois très) limités.

Ninja Theory, InXile, Obsidian ou encore Compulsion Games font typiquement partie de ce schéma. Mais toutes ces équipes ont un point commun, elles flirtent toutes avec la ligne rouge financière en étant indépendant.

 

brian-fargo-revient-sur-l-acquisition-d-inxile-par-microsoft-e0e9f549__w830.jpgLe fondateur d’Inxile, Brian Fargo, l’expliquait il y a quelques semaines : le budget pour créer des jeux dit « Double A » à triplé ces dernières années passant de 5/6 millions à plus de 15 millions de dollars. Intenable pour ces petites structures.

 

 

L’intervention de Microsoft dans le capital de ces entreprises, permet de les alléger d’un poids. D’ailleurs, le géant américain se chargera à présent de tout l’administratif, laissant aux équipes le soin de se concentrer uniquement sur la conception du jeu.

Même l’intégrité de la direction artistique ne sera pas remise en cause par le nouveau propriétaire, qui s’y refuse catégoriquement. Le directeur de Microsoft Studios, Matt Booty sera garant de ce choix stratégique et ne viendra jamais imposer un projet ou discuter des choix artistiques de ses équipes.  


matt-booty.jpg
Matt Booty (Patron Microsoft Studios)

 


Quelles sont les prochaines étapes ?


 

Comme nous l’évoquions un peu plus haut, Microsoft est toujours dans une étape d’expansion et de consolidation de son offre de jeux.

Ainsi, de nouvelles acquisitions de studios se profilent à l’horizon et sont attendues courant 2019. Récemment, Klobrille, « un insider » souvent bien informé, évoquait une prise de contact des équipes de Phil Spencer avec les créateurs de Hitman : IO Interactive.

Microsoft_Studios_Logo

Il y a quelques jours, Klobrille affirmait, sans ambiguïté, que Microsoft serait actuellement en discussion active avec des studios indépendants, aussi bien de petite que de grande taille. Et histoire de finir de vous chauffer à blanc, il précise que certains noms seront plus surprenants que les 7 premiers !

Aujourd’hui, l’insider annonce que des négociations avancées sont en cours depuis plusieurs mois avec un studio de taille moyenne, ayant œuvré historiquement pour Playstation.

Gardez à l’esprit qu’il s’agit (que) de discussions, de négociations, en aucun cas cela confirme que les accords iront jusqu’à la signature.

 


Autant d’équipes de développement aura-t-il une répercussion sur le type de projet ou les budgets alloués ?


 

Question légitime. Le nombre d’équipe interne au constructeur monte en flèche, ça tout le monde l’a compris.

Tous sont ambitieux et demanderont des ressources en adéquation pour mener à bien les projets qu’ils auront choisis. Car oui l’éditeur/constructeur américain laisse carte blanche aux nouveaux venus pour créer les jeux qu’ils souhaitent.

Microsoft n’ayant pour ainsi dire jamais autant investi dans la création de jeux vidéo, comment compte-t-il faire ?

La division Xbox ne semble rien laisser au hasard. Le budget alloué à ses studios serait conséquent.  

mike ybarra.jpg

Un youtuber répondant au nom de Boogie2988 a pu échanger avec Mike Ybarra. Boogie a retranscrit son échange avec Monsieur Xbox Live durant un podcast diffusé sur YouTube.

Ligne de mire : la prochaine génération. 

Boogie commence et pose la question : « Pourquoi Microsoft achète autant de studios à la fin d’une génération de consoles ?»

La réponse est simple :  

Microsoft souhaite dominer la prochaine génération.

 

Mike Ybarra détaille par la suite le genre de rencontre avec les studios indépendants que Microsoft approche. A chaque fois, quand il rend visites à ces entreprises, le géant américain pose cette question : « Quel projet voulez-vous faire ? ». Tous ces studios, habituellement en difficulté avec leur finance pour boucler leur projet, répondent assez logiquement : « Quel est notre budget ? ».

La question n’est plus là selon l’homme de Microsoft : « Je pense que vous ne comprenez pas, ce n’est pas notre question, notre question est de savoir quels jeux voulez-vous faire ? Nous sommes Microsoft et nous avons le budget. Nous voulons juste savoir quel jeu vous désirez faire, quels sont vos rêves les plus fous ? »

 


En conclusion, Microsoft se donne les moyens d’acquérir beaucoup d’équipes de développement, tout en garantissant des budgets conséquents pour la conception de leur jeu. A l’heure actuelle, Microsoft Studios compte 1800 à 2000 personnes dans ses rangs, réparties à travers 13 studios et œuvrant à la conception d’un catalogue de jeux inédits pour l’écosystème Microsoft (Xbox, PC, xCloud, Gamepass…).


Correction : Darkfoxx

Personne n’arrête plus Microsoft en 2018.

L’année 2018 touche à sa fin, et avec elle un « come-back » qui finira probablement par s’inscrire dans les livres d’histoire du petit monde de la high-tech.

Ce retour glorieux est celui de Microsoft. Cependant, il serait inexacte de prétendre que ce retour en grâce du géant américain ne s’est fait qu’à la seule force de l’année 2018. Le travail de « reconstruction » a commencé il y a près de 4 ans. Les effets des décisions prises depuis, se font à présent sentir.

L’année s’achève et démontre de manière insolente que Microsoft ne fera plus de la figuration face à ses comparses. Si par le passé des marchés stratégiques comme celui du mobile lui ont totalement échappé des mains, aujourd’hui il est à l’avant-garde des innovations qui vont modeler le futur. 

DNFv_s6VAAAkb7n

 Si vous êtes fan de Xbox, vous avez dû vous rendre compte de la dynamique totalement folle des équipes de Phil Spencer cette année. La bête s’est libérée de ses chaînes. Et le futur s’annonce radieux… 

En réalité, c’est tout Microsoft qui exulte. Les équipes ont une confiance (presque) aveugle envers leur patron Satya Nadella (il récolte 95% d’approbation des salariés du groupe en 2018), tant l’homme semble conscient du futur et de ses changements.

En résulte une entreprise qui rompt définitivement avec son image et son comportement des années 90 d’ogre terrifiant à qui personne n’ose dire non. Depuis l’entrée en fonction du successeur de S.Ballmer, c’est toute la philosophie du groupe qui change.

surface-family

Bien évidemment tout n’est pas parfait et des efforts restent à effectuer notamment avec des dossiers comme les mises à jour forcées de Windows 10… mais dans les faits, voici à quoi ressemble Microsoft en 2018 :

Forbes & Just Capital (organisation à but non lucratif) ont fait leur liste annuelle en scannant le comportement de plus de 890 sociétés américaines. En découle, un Top 100 des groupes américains côtés en bourse, les plus responsables.

Microsoft y décroche la première place cette année, en obtenant d’excellents résultats sur des catégories clés comme : 

 


          Minimiser l’impact environnemental (n°1)

          Rémunérer les employés équitablement (n°2)

         Assurer un bon service aux clients (n°5)

          S’engager envers un leadership éthique et diversifié (n°5)


 

Microsoft rafle la place du meilleur élève à Intel, qui reste néanmoins second sur l’année. Google clôture le podium 2018.

Mais ce n’est pas fini, la firme aux carrés colorés s’est même payée le luxe de devenir la première capitalisation boursière du monde. Détrônant son rival/partenaire de longue date Apple. Une première, lourde de sens, depuis plus de 8 ans. La tendance se confirme puisqu’après une période de ping-pong entre les deux entités, Microsoft maintient sa pôle position du groupe le plus puissant de la planète. 

L’action du groupe a dépassé les 100$ cette année. Impensable il y a encore 10 ans. Pour autant, l’action Apple bien qu’en période de turbulence, reste 60$ au-dessus de celle du groupe de Redmond. 

2018 a aussi marqué un autre cap : la barre symbolique des 100 milliards de dollars de revenu annuel a été franchie. Il faut dire que la totalité du groupe est en croissance, principalement porté par le Cloud et Office. Xbox et Surface (pour ne citer qu’eux) musclent leur jeu trimestre après trimestre. Le premier vient d’ailleurs d’atteindre des résultats inédits depuis don existence : un chiffre d’affaire de 10 milliards de dollars sur l’année.

 

The-Four-1-696x437.jpg

 

Vous l’aurez compris, à bien des égards, l’année 2018 est une année record pour Microsoft. Souvent oublié quand on parle des ténors de la high-tech, où l’on ne cite que les « GAFA » (Google, Apple, Facebook, Amazon)  Microsoft a grillé la totalité de ses concurrents.  

Cela vous étonne ? Probablement pas si vous êtes en train de lire cet article, mais beaucoup n’ont pas vu et ne voient toujours pas que le Microsoft un peu ringard des années 2000 est bien mort et enterré.  

Comptez sur nous, pour vous narrer les futurs chapitres du Phoenix Micro-soft pour 2019.

Correction : Darkfoxx

Roadmap Surface : que nous réserve Microsoft pour ses PC en 2019/2020 ?

De gauche à droite : Surface Pro, Surface Book, Surface Studio et Surface Laptop. 

Qu’elle se nomme Surface Go, Pro, Book, Laptop ou encore Studio, la gamme de PC « made in Microsoft » s’est taillée une réputation comme nul autre sur le créneau des PC hauts de gamme. Et l’avenir des bébés de Panos Panay semble plein de promesses.

Le livre de Brad Sams disponible sur Amazon US.

Dans son livre, « Beneath a Surface », Brad Sams (qui officie sur Thurrot.com, site spécialisé Microsoft) évoque l’épopée Surface.

 A travers quelques 150 pages, l’auteur esquisse la genèse du projet et ses difficultés de jeunesse. Mais aussi la solidité du business Surface à l’heure actuelle, sans oublier le futur de la marque…

Evidemment, j’attendrai d’avoir ce livre entre les mains pour en parler plus amplement. Il est cependant intéressant de se pencher dès maintenant, sur une partie de l’ouvrage concernant les futurs produits de la marque.

Hormis les prévisibles révisions hardware pour les modèles que vous connaissez déjà, Microsoft aurait dans l’optique de diversifier encore d’avantage son offre…

Panos Panay : le papa de Surface. 

Ainsi, une roadmap pour les 2 prochaines années se dessine chez le 5ème plus gros vendeur de PC aux Etats-Unis : (notez que le conditionnel est de mise)

  • 4èmetrimestre 2019 : Une nouvelle Surface Pro avec de l’USB-C, des bordures d’écran plus fine, des coins arrondis, de nouveaux coloris…  

  • Fin d’année 2019 : Une nouvelle Surface Laptop qui tournerait avec un processeur AMD (probablement du Ryzen ?) à la place d’Intel actuellement. Microsoft travaillerait à son intégration.

  • Au printemps 2019, Microsoft dévoilerait un « Ambient Computing » qui « réagirait à la présence des utilisateurs » et aurait pour objectif « d’aider à faire face à certaines des frustrations courantes de l’utilisation d’un smartphone » selon Brad Sams. Ce projet mystérieux ne serait pas un smartphone selon l’auteur.

  • A l’aube de 2020 : un refresh du Surface Book 2.

  • En cours d’année 2020 : La relève du Surface Studio avec un modèle ré-imaginé. Ce All-in-One deviendrait « modulaire » afin de donner la possibilité aux utilisateurs d’upgrader leur configuration sans changer de matériel tous les deux ans. Ce côté « modulaire » devrait se retrouver sur la future Surface Hub 2

  • Toujours en 2020 : Un écran Surface. Microsoft aurait l’intention de proposer un écran similaire à celui du Surface Studio mais sans l’ordinateur logé dans la base aujourd’hui. Ainsi, Microsoft répondrait à une demande récurrente de certains fans souhaitant uniquement l’écran du All-in-One.

  • Quelque part dans les 24 prochains mois : Le projet « Andromeda » a.k.a le fameux produit « Surface » a double écrans pliable, serait toujours bien vivant. Panos Panay  en parlait récemment comme « son bébé ». Il souhaite peaufiner à l’extrême son projet avant d’aller plus loin. Selon Brad Sams, la diagonale d’écran d’Andromeda s’est agrandie, ce qui l’éloigne peut-être d’un form-factor « smartphone » comme l’évoquais les premières rumeurs.  

Avec quelques indiscrétions d’un « insider », on peut se rendre compte que l’aventure Surface n’est pas fini. Que la division n’est pas à vendre et qu’il reste tant de choses à faire !