Darkfoxx : « Si j’étais Xboss… »

Aujourd’hui, nous vous proposons un exercice un peu particulier : nous prenons, tranquillement, les commandes de la branche Xbox, le temps d’un article, l’un après l’autre chaque semaine. En imaginant ce que cette indépendance, récemment acquise, permettrait de mettre en place au sein de Xbox. Petite difficulté :  5 idées maximum.


La version de Darkfoxx


Succédant à Phil Spencer, et fraîchement nommé Xboss au sein de Microsoft… mes premières décisions porteraient sur le souhait d’un retour en grâce de la marque Xbox sur le domaine des jeux japonais et qui a été quelque peu délaissé depuis 2012-2013. Les titres exclusifs du Soleil Levant, bien que n’étant pas l’investissement le plus rémunérateur pour la société de Redmond, ont fait la gloire de la Xbox 360, et ont largement participé à l’image positive qu’il y avait eu pour la 360. Cette console qui avait su séduire les développeurs japonais, en parti du moins.

Ainsi, le souhait est clair de récupérer ce même aura pour les consoles Xbox One (S et X) car c’est un secteur tout de même « manquant » à la marque, bien que des éditeurs comme Capcom, Namco-Bandaï ou From Software ne l’ignorent pas. D’autres semblent pourtant bien « aveugles », voir même ont une politique d’édition très discriminatoire (également en dehors du Japon) comme c’est le cas pour Square-Enix. Qui n’a pas trouvé insensé de constater que SE faisait le remaster de Star Ocean 4 sur PS4, et rien, nada, pas même une édition dématérialisée, pour la Xbox One ?

Voici donc mes 5 actions prioritaires, puisque l’exercice demande de rester concis, ce qui est … assez difficile pour moi !


CRY ON 


Vous n’êtes pas sans savoir que le 26 décembre 2014, Hironobu Sakaguchi a rediffusé, sur son compte Youtube officiel, la vidéo teasing de CRY ON, comme ça, telle une bouteille à la mer. La mer des regrets, ou la mer de l’espoir qui ? Puis, qu’un rapprochement s’est opéré depuis deux ans, entre Phil Spencer et M. Sakaguchi (Mistwalker)…

Partons du principe que la collaboration entre Microsoft et Mistwalker s’est arrêtée de manière un peu brutale, et que la société de Redmond, après l’obtention et la sortie du titre majeur de Square Enix sur Xbox 360, à savoir Final Fantasy XIII, le 09 mars 2010, est devenue quelque peu distante avec son partenaire d’origine… En effet, après un très bon Blue Dragon (2006) et l’excellent Lost Odyssey (2008), les 2 sociétés avaient pourtant signé pour le développement exclusif de 3 titres.

Ce dernier devait être Cry On. Son développement avec Cavia (développeur de Nier) avait d’ailleurs déjà bien démarré, la pré-prod était ok, les artworks commençaient à apparaître sur la toile, et nous avions même eu droit en 2008 à une petite vidéo teasing bien agréable montrant un jeu en cell-shading, jouant beaucoup sur la mélancolie.

On part ainsi de la supposition que les liens entre Microsoft et Sakaguchi se sont détériorés à cette époque, et qu’il faut donc maintenant ramener la confiance entre les deux parties. Demander directement un triple A comme Lost Odyssey, avec tous les moyens et risques financiers que cela engendre, ne me semble pas le plus opportun. En revanche, remettre sur les rails le mystérieux Cry On et lui permettre de revenir sur consoles Xbox One et Windows 10, sous la forme d’une production double A, tel un Recore ou encore dernièrement un Super Lucky’s Tale, me semble être la bonne formule.

Nous assisterions au retour d’un A-RPG japonais exclusif à Microsoft, ce qui serait la 1ère étape de ma stratégie de complétion de l’image de la marque Xbox sur le secteur des jeux japonais.


SCALEBOUND


Le travail réalisé sur cette licence Microsoft, développée par Platinum Games, n’est sûrement pas abandonné ! A l’image de Fable Legends, qui a été annulé, et la disparition de Lionhead Studio, il reste cependant une ombre très présente et évidente même d’un Fable IV (développé par Playground Games apparemment !). Il est ainsi très probable que Scalebound ait juste été mis en pause, mais que tout le travail, conséquent visiblement, ait été conservé.

scalebound-gamescom-2015

Aussi je ne lâcherais nullement le titre, dont la licence appartient d’ailleurs à Microsoft, et je déciderais de « commander » la poursuite du développement de ce soft à TRI-ACE, comme à l’époque 360 où les dirigeants de Microsoft avaient fait réaliser à ces développeurs japonais un titre de commande, à savoir, le très agréable « Infinite Undiscovery ». Les relations avec Tri-Ace, ainsi qu’avec Square-Enix, restant normalement bonnes, il n’y aurait pas de raison que cela ne puisse être possible.


CONKER


Oui, alors là, rien de japonais, on est d’accord, bien que les jeux de plateformes ne soient pas encore légion et que la sortie très réussie de Mario Odyssey fin 2017 puisse donner encore plus envie de démontrer un savoir-faire de ce côté, et utiliser des licences fortes également du côté de Microsoft.

conkers-big-reunion-conker-with-chainsaw

Satisfait de la collaboration avec le studio Playful (Super Lucky’s Tale), leur jeu étant véritablement très sympathique, en plus d’être bien conçu, je proposerais à ce studio de réaliser un soft en total opposition à leur gentil renard, et prendre les rènes d’une suite du plus odieux écureuil que le monde vidéoludique ait connu… CONKER ! Un retour du soft en 3D, monde semi-ouvert, comme Mario Odyssey justement (prendre exemple sur les meilleurs !).

Et pour couronner le tout ? L’achat du studio PLAYFUL pour en faire un développeur 1st Party de premier choix dans le développement de jeu de plateforme, à tour de rôle gentil (Lucky), ou irrévérencieux (Conker).


ONIMUSHA


Soyons clairs et avec les yeux grands ouverts, la licence Dead Rising est en perte de vitesse / inspiration. Elle a besoin d’une pause évidente. Cependant, il y a toujours eu de très bonnes relations entre Capcom et Microsoft. Je partage, sans détour, l’idée de Twins :

Les studios de Vancouver se trouvent avec une licence en moins en terme de développement, il serait idéal de faire sortir Onimusha de sa torpeur actuelle, Capcom ne mettant pas du tout l’accent sur le retour de la série (par manque de temps et/ou de liquidité ?). Le timing est parfait pour négocier une exclusivité du retour d’Onimusha sur consoles Xbox One et Windows 10.

Onimusha Dawn of Dreams

D’ailleurs, le producteur Yoshinoru Ono tenait les propos suivant en février 2016 :

« Tout ce que je peux faire pour le moment, c’est rassurer les fans en leur disant que des conversations ont lieu à un haut niveau de hiérarchie.

Nous (Capcom) réalisons le besoin qu’ont différentes séries d’éventuellement revenir sur le devant de la scène et bien qu’il n’y ait rien de plus à dire pour le moment, je suis sûr que des nouvelles qui raviront les fans arriveront prochainement.

J’ai discuté en interne avec les personnes avec qui nous avons créé Onimusha et nous avons parlé du fait qu’il serait peut-être intéressant de revisiter cette série.

Mais je dois informer les fans que nous n’avons pas dépassé la phase de discussion pour l’instant. »

Je commencerais par négocier le contrat d’exclusivité (non-temporaire) sur 2 titres avec l’éditeur japonais.

Cela concernerait le remaster, disponible assez rapidement, de Onimusha : Dawn of Dreams. Sorti sur PS2 en 2006, il est souvent considéré comme le meilleur de la série, le plus abouti. Série qui a fait toute sa carrière sur la seconde console de Sony. Demander le remaster des 4 titres serait bien trop long, et je considère qu’il n’y a plus de temps à perdre. Aussi, ne rien négocier sur la 1ère trilogie n’est pas un problème. En revanche, choisir de se concentrer sur le tout dernier, Dawn of Dreams, serait la meilleure option pour remettre en avant facilement la série, tout en préparant l’arrivée de « Onimusha 4″.

Mais pourquoi 2 titres seulement ?

Parce que nous connaissons tous le passif de Capcom, et qu’il serait clairement impossible d’obtenir plus de ce développeur/éditeur japonais qui adore le multiplateforme en général (cas d’école : Dead Rising. 2 épisodes exclus, 2 épisodes multis).


SILENT HILL 


Alors là, je n’irai pas par quatre chemins. Ceci serait LE point d’orgue de ma stratégie de reconquête d’un public friand de licences japonaises.

silent-hills-5

Allons droit au but. Vu ce qu’est devenu l’éditeur Konami, son total manque d’ambition et d’intérêts pour ses propres titres maison, le départ (ou licenciement) de Hideo Kojima, affairé à Death Stranding avec Sony…

Il faut ABSOLUMENT faire foncer Microsoft, maintenant que la division Xbox est plus libre et autonome sur ses choix stratégiques, et je mettrais tout en œuvre pour racheter la licence Silent Hill à Konami ! Mais Mister Kojima étant loin d’aimer Microsoft, quel développeur pourrait s’occuper dignement d’un nouveau titre ?

Et bien, comme l’a suggéré Twins, un développeur avec qui Microsoft a de très bonnes relations, une collaboration à succès, et qui soit très bon dans les jeux d’ambiance…. Je crois qu’il n’y a pas meilleure proposition « évidente » que Creative Assembly. Ils ont développé Halo Wars 2 avec 343 Industries, et avant cela, ont fait l’excellent et terrifiant Alien Isolation !

Silent Hill doit absolument faire partie du catalogue de titres définitivement exclusifs de la marque Xbox et participer à la construction de son image, notamment sur le versant du Soleil Levant !

CONCLUSION

Voici donc les points prioritaires que je mettrai en œuvre, si… j’étais Xboxx, enfin, Xboss (lol) !! Ou si j’étais une petite voix de Phil Spencer. Mais je ne doute bien évidemment pas que ce dernier n’ait pas déjà eu quelques-unes de ces idées, notamment par son rapprochement, à plusieurs reprises, avec Hironobu Sakaguchi.

Je souhaite en tout cas que le Japon puisse revenir un peu plus à l’honneur sur Xbox et Windows 10 cette année. Il y a bon début, Cajp45 vous en a déjà fait un article il y a peu. Et les rachats d’une licence marquante comme Silent Hill, ainsi que d’un studio avec un beau potentiel comme celui de Playful, participeraient à cette politique jeux / studio que la division Xbox veut désormais remettre fortement en avant, après le renouveau hardware réussi opéré en 2016/2017 (Xbox One S / X).

forza-horizon-4
Le Japon au bout de la route ?

La version de Twins est disponible ici.

 

Twins – « Si j’étais Xboss… »

Aujourd’hui, nous vous proposons un exercice un peu particulier : nous prenons, tranquillement, les commandes de la branche Xbox, le temps d’un article, l’un après l’autre chaque semaine. En imaginant ce que cette indépendance, récemment acquise, permettrait de mettre en place au sein de Xbox. Petite difficulté :  5 idées maximum.


La version de Twins 


 

Succédant à Phil Spencer, et fraichement nommé Xboss au sein de Microsoft… mes premières décisions s’axeront sur des « licences clés ». Nul besoin de s’attarder sur la politique pro-consommateur initiée depuis des années au sein de la branche Xbox, ni même du chantier autour des studios 1st party, qui est réellement mis en place par Xbox à l’heure où j’écris ces lignes. Ainsi, des choix s’imposent. J’ai fait celui de m’attarder sur certains titres qui pourraient venir renforcer la ludothèque exclusive (Xbox/Windows) de Microsoft, mais aussi, par extension l’image de la marque. Une « image de marque », qui, à tord ou à raison est centrale à mes yeux et oriente clairement mes choix. Certaines propositions présentent un « risque » commercialement parlant, mais restent, de mon point de vue, réalistes :


Fable IV 


 

L’idée n’est pas nouvelle et elle commence même à faire son chemin sur la toile. Le retour d’une licence forte de l’univers Xbox : Fable. Lionhead faisant à présent parler de lui au passé, le retour de Fable se fait désirer tout en étant un secret de polichinelle. Reste la question du développeur. Qui pour reprendre le flambeau ?

 

logo_4_RGB.png

 

Playground Games (Forza Horizon) me semble taillé pour l’exercice. Eux, qui ont créé un second studio travaillant sur un « RPG monde ouvert », il y quelques mois.

En revanche, cette nouvelle entité est (très) jeune, ce qui induit qu’elle n’est probablement pas en condition pour assumer une charge de travail aussi importante qu’attendue pour un tel projet AAA.

image_fable_legends-22837-2797_0003.jpg

Par chance, le moteur, les assets… sont déjà prêts ! L’annulation de Fable Legends ne signifie pas que tout le travail effectué par Lionhead serait parti aux oubliettes. Et visuellement parlant, ce travail était plutôt léché.

La corrélation est presque parfaite.

 


Forza Rallisport


 

15814_frontIci, il s’agit de s’attaquer à la fréquence des jeux de bolides de Microsoft Studios. Forza Motorsport et Forza Horizon se succèdent chaque année. Les deux franchises étant assez différentes dans leur approche, on ne peut pas vraiment leur reprocher une quelconque sortie annualisée.

Néanmoins, à la vue des scores de Forza Horizon 3, une question se pose. Le titre de PG reste très vigoureux dans les charts, alors qu’il a entamé sa 2eme année d’exploitation. Inédit pour un Forza (Motorsport/Horizon), série pour laquelle les démarrages sont plutôt solides en fin d’année, et dont les ventes commencent à décliner vers le mois de mars suivant. Ici, il n’en est rien.

La saga Horizon se transforme en titre locomotive pour la Xbox. Tout naturellement, il convient de ne pas trop en abuser, le spectre de l’essoufflement n’étant jamais loin.

Dans le même temps, malgré ses qualités intrinsèques indéniables et son statut de fer de lance technologique, la déclinaison Motorsport semble en perte de vitesse. Notamment sur l’intérêt qu’elle suscite auprès des joueurs.

Avec ce constat, me vient une idée : celle d’introduire une 3ème itération.

  • Le créneau de la simulation est géré par Turn10 avec Forza Motorsport.
  • Le créneau du jeu bac à sable « arcade » par Playground Games avec Forza Horizon.

Ainsi, il faudrait donner un petit frère à ces deux-là ! Un genre, parfois effleuré dans la série Horizon mais jamais pleinement exploité, pourrait être un point de départ inspiré : le rally.

c5660291-5e39-4d8e-9655-fb25a9d7abf1.jpg

Quelle belle occasion de ressusciter RalliSport Challenge (Microsoft), tout en capitalisant sur la marque Forza.

Mon choix pour développer ce « Forza RalliSport » se porterait tout simplement sur Turn10.

Deux avantages à cela :

  • Permettre à Forza Motorsport de respirer un peu après 7 épisodes depuis 2005 : il n’y aurait donc plus qu’un FM tous les 4 ans.
  • Permettre à Turn10 de changer (un peu) ses habitudes, même si au fond, il s’agit  encore d’un jeu de voiture.

 


Onimusha


 

Microsoft se doit de combler les quelques manques de son portefolio. Parmi ces « cases vides » on retrouve le genre « Beat’em all » et en regardant un peu plus loin, un style : « le style japonais ». Scalebound ayant pris définitivement congé avant d’arriver en rayon, la place est clairement vacante.

Les bonnes relations avec Capcom depuis plusieurs années (partenariats autour de Dead Rising notamment) pourraient être le point de départ de quelque chose de nouveau.

Le groupe japonais ne semble pas décidé à reprendre sa licence Dead Rising, qui a toutes les chances de subir un repos forcé après un 4eme épisode en demi-teinte. L’occasion pour Microsoft est parfaite…

onimusha-12-01-15-1.jpg

En récupérant une licence phare : Onimusha. Cette dernière semble bien loin des projets de Capcom. Et un partenariat similaire à celui qui lie Nintendo et Platinum Games sur Bayonetta pourrait faire sens.

Capcom Vancouver pourrait donc continuer de travailler avec Microsoft. Pratique vu la proximité géographique du studio The Coalition, ayant l’habitude d’apporter assistance à des studios extérieures.

Et pourquoi pas faire revenir le titre sous les traits et les codes d’un Dark Souls-like ?

 


Silent Hills / Gears of War


 

Pas de cross-over ici. Mais plutôt un genre de jeu manquant cruellement à Microsoft : l’horreur.

silent-hills-thumb.jpg

A l’image d’un Capcom ne savant que faire de sa licence Onimusha, Konami semble tout aussi perdu sur Silent Hills. Il faut dire qu’après le projet de Hideo Kojima, avorté prématurément, les chances de revoir ce titre sont minces.

Acquérir la licence, et la proposer à Creative Assembly (Alien Isolation) ? Voilà, assez « simplement », l’idée qui me viendrait à l’esprit.

Conscient de la probabilité que cette acquisition, auprès de Konami, échoue lamentablement, une porte (totalement viable) de sortie réside au sein même d’une IP maison : Gears of War.

Il est connu, que Microsoft souhaite un jour donner à sa franchise Gears of War un spin-off, arborant un genre différent de ce que l’on connaît déjà depuis 2006.

loc_berserker_540x540-31f82bb4d7ff4ae28024978511744cd8.jpg

Gears of War sauce survival horror ? L’idée ne parait pas si folle et est intéressante à creuser. Qui n’a jamais eu quelques montés de stress, enfermé dans un bâtiment avec une Berserker enragée ?

Pour qu’un tel parti pris fonctionne, il faudrait oublier définitivement votre statut de soldat. En incarnant simplement un civil, à la première personne par exemple. Vivre les évènements du jeu d’un point de vue différent de celui de l’armée, avec un équipement limité. Essayant de survivre tant bien que mal à cet « Emergence Day ».  La relation qui vous lie avec le bestiaire du jeu s’en retrouverait totalement changée. Un simple rebut suffirait déjà à vous mettre mal à l’aise.

Et encore une fois, à la vue du travail effectué par Creative Assembly sur Alien Isolation il y aurait là un choix judicieux. La relation de travail avec Microsoft ayant déjà eu un précédent récent, avec l’excellent Halo Wars 2.

 


Diversification 


 

Non, je ne parle pas du nombre de genres ou de franchises différentes que Microsoft possède. La ritournelle éternelle d’une ludothèque qui se compose uniquement du trio Halo/Gears/Forza étant, à mes yeux, d’une mauvaise foi notoire.

thPI7BTJ6V.jpg

Pour le coup, il s’agit de la « diversification des studios maisons » que nous connaissons à l’heure actuelle.

Je me poserais, avec ma casquette de « Xboss », la question de savoir s’il y a un avenir pour 343 industries en dehors de Halo, un avenir pour The Coalition en dehors de Gears of War, et pourquoi pas pour Turn10 également. Chacun d’entre eux reste cantonné, pour le moment, à une franchise.

thQF3XUBJM.jpg

Les récentes rumeurs parlent cependant d’un Perfect Dark par The Coalition (Gears of War), ce qui présenterait un certain intérêt tant ce studio (et les autres nommés précédemment) regorge de potentiel.

Conclusion

Voici donc certaines des pistes que j’explorerais, si j’avais une baguette magique, me mettant dans la peau et le rôle de Phil Spencer. Evidemment, les choix proposés on leur limite : celle de connaissances imparfaites sur l’environnement.

Nous partons donc du postulat que les questions intrinsèques à ce genre de chantiers/décisions arrivent en second plan (budgets alloués, accords déjà existants, relations avec certains développeurs pouvant être mauvaise ect.)

 


 

N’hésitez pas à partager votre avis et vos idées sur le sujet !

 


Merci à Darkfoxx pour la correction.