Ford adopte les HoloLens de Microsoft.

microsoft-hololens-at-ford

L’industrie automobile semble de plus en plus séduite par le casque holographique de Microsoft.

En 2015, Volvo s’enorgueillissait d’être le seule constructeur automobile à s’associer avec Microsoft pour utiliser ce qu’ils définissaient eux-même comme étant « le tout premier ordinateur holographique entièrement autonome ». Une situation qui a évoluée depuis puisqu’en début d’année, c’est Volkwagen qui déclarait avoir adopté la technologie Hololens et vantait les bienfaits de cet outil à destination de leurs ingénieurs.

Un nouveau constructeur automobile vient tout juste de faire son coming out : Ford. HoloLensLoop.gifConscient de l’importance du design dans une industrie auto en constante évolution, l’entreprise déclare avoir terminé avec succès un projet pilote d’un an impliquant l’utilisation du casque holographique de Microsoft.

Une expérience visiblement concluante au regard des éloges du créateur de la Mustang. On apprend ainsi que l’utilisation du casque de réalité mixte est tout à fait adaptable aux procédures traditionnelles qui nécessitent un modèle en argile, et qu’il permet de gagner énormément de temps et d’argent. Les ingénieurs peuvent expérimenter plusieurs designs en quelques heures ce qui, d’ordinaire, prendrait plusieurs jours, voir plusieurs semaines.

Michael Smith, directeur du design chez Ford, déclare à ce sujet:

Avec HoloLens, nous pouvons instantanément passer d’une représentation virtuelle à l’autre pour décider de la direction à prendre. (…) En tant que designer, on veut montrer, pas seulement expliquer les choses. C’est beaucoup plus convaincant.

Mais ce n’est pas tout, les casques peuvent se synchroniser entre eux pour montrer la même chose à plusieurs utilisateurs, ce qui permet à des ingénieurs éparpillés dans le monde de travailler sur un même projet de manière plus coordonnée et efficace, même s’ils vivent au rythme de fuseaux horaires différents, en créant, par exemple, des « post-it » virtuels.

Ford étudie comment étendre l’utilisation d’Hololens à d’autres processus de développement, d’autant plus qu’un autre aspect auquel on n’aurait pas pensé au premier abord est à prendre en considération : l’espionnage industriel. En effet quel meilleur moyen de protéger ses idées qu’en dématérialisant certains éléments d’un projet?

 

Windows Mixed Reality : La VR/AR s’améliore et se démocratise à partir d’octobre.

casque-vr-acer-750x500La réalité virtuelle… un terme qu’on entend de plus en plus et avec lui, toujours les mêmes remarques : « c’est trop cher », « Le contenu est trop faible » ou encore « l’installation du casque est fastidieuse ».

Et en soit, ce sont des remarques tout à fait légitimes. Ainsi, Facebook avec son Oculus, HTC avec son Vive et dans une moindre mesure Sony avec son PSVR (sur PS4 exclusivement) ont un peu essuyé les plâtres sur ce marché émergeant.

Cependant, il reste un élément qu’ils n’ont probablement pas intégré à l’équation et dont il faudra tenir compte : Microsoft.

En effet, l’entreprise américaine a aiguisé ses armes de nombreux mois durant alors que les premiers casques étaient déjà disponibles en rayon. Si l’on peut craindre un certain retard « potentiellement difficile » à résorber pour l’américain, on ne peut nier qu’il y a plusieurs avantages…

Le premier d’entre eux a permis à Microsoft de jauger ce marché naissant en scrutant ses concurrents, la réaction du public (réactions en passant, plus que timides…). Grossièrement, il s’agissait de savoir si la sauce prenait.

Entre-temps, les principales objections (dont celles évoquées plus haut) ont été clairement identifiées. Reste aux équipes de Satya Nadella d’y répondre de façon à conquérir les cœurs.


Comment Microsoft compte-t-il s’y prendre ?  


Comme souvent, le géant informatique n’y va pas seul. Les partenaires historiques tels qu’Acer, Lenovo, Asus, Dell ou encore HP proposeront des casques Windows Mixed Reality.

Microsoft a la plateforme. Eux ont pour mission de s’occuper du matériel. (En respectant les pré-requis techniques de l’entreprise américaine).  

« C’est trop cher »

Actuellement, la VR n’est pas à la portée de toutes les bourses… Sans compter le prix du casque lui-même, c’est souvent celui de la configuration nécessaire à son utilisation qui sonne le glas de l’enthousiasme des clients. Et si on rajoute le prix dudit casque, la facture frôle l’indécence ou presque.

Si le HTC Vive affichait un 899€ à la fin août, il ne demande « plus que » 699€ aujourd’hui. Facebook à lui aussi raboté son prix passant de 600 à 399€. La faute à des ventes loin, très loin du raz-de-marée attendu à une époque. Le lien entre ce non-succès et les prix pratiqués présentent une corrélation toute évidente.

À cela Microsoft répond d’une manière percutante : prix de départ de 299€. Le mieux dans tout ça ? Cela ne se fera pas au détriment des performances ! On vous en parlait dans cet article : LIEN.

Plus fort encore : les casques rivalisent techniquement parlant avec le Vive de HTC en se payant même le luxe d’une configuration minimale requise bien plus légère pour votre PC.  

« L’installation du casque est fastidieuse »

Pour utiliser le Vive, il vous faudra un certain temps d’installation, divers capteurs de détection et autres câbles attendent d’être branchés avant d’utiliser la bête. Il n’y a qu’à se pencher sur les schémas d’installation du PSVR de Sony ou du Vive de HTC pour comprendre l’objection des consommateurs.

Microsoft a voulu simplifier la procédure. Résultat, les casques de la famille Windows Mixed Reality seront « plug & play ». Un câble sur le PC, l’autre sur l’alimentation. Adieu les branchements multiples, les boitiers externes… Le casque se suffit à lui-même pour détecter les mouvements. 

 

« Le contenu est trop faible »

Le contenu est une sorte de clef de voûte sans laquelle tout s’écroule. À lui seul, s’il est conséquent et de qualité, il peut faire sauter les barrières du prix trop élevé ou de l’installation trop complexe. En revanche, si ce point précis fait défaut, alors la tâche pour convaincre deviendra titanesque, voir impossible à la vue des résultats de Facebook et HTC (respectivement 99 300 et 190 900 exemplaires vendus au 1er trimestre 2017) 

Et c’est là où la « temporisation » dont a fait preuve Microsoft va pouvoir jouer en leur faveur.

Pour le lancement, on compte une soixantaine de logiciels compatibles, parmi eux nous pouvons noter des classiques comme Minecraft, des inédits comme Holo Tour ou encore le navigateur Microsoft Edge

000574593_illustration_large

Vous l’avez vu ? Le logo Halo ? Il y a bien un jeu Halo en cours de développement à destination des casques Windows MR (Mixed Reality) ! Pas plus d’informations le concernant mais pas mal d’espoirs !

Dernier élément qui devrait constituer une force pour Microsoft : la compatibilité des casques avec Steam et ses jeux VR ! L’entreprise de Redmond n’hésite donc pas à mettre potentiellement en difficulté son Windows Store pour réussir son entrée sur le marché de la VR/AR.

 


Disponibilité prévue ? 


new-windows-10-creators-update-bridges-divide-between-physical-objects-digital-environment-mixed-reality.1280x600

Nous reviendrons ultérieurement dans un nouvel article sur les casques qui seront proposés lors du lancement de Windows Mixed Reality. Et c’est le 17 octobre prochain que le grand saut aura lieu. Soit, en même temps que la mise à jour de Windows 10 apportant, entre autre, la compatibilité de ces casques.

Une des étapes qui va suivre pour Microsoft sera d’alimenter en contenus ces casques à réalité mixte et pourquoi pas une compatibilité Xbox One?

 

Merci à Darkfoxx pour son aide précieuse.    

 

Retour

Microsoft affûte ses armes VR/AR !

windows-mixed-reality.jpg

Si Microsoft a mis du temps à lancer la machine VR face à HTC (Vive), Facebook (Oculus) ou encore Sony (PSVR) on peut dire que cette fois le chantier VR (ou plutôt Mixed Reality soit VR/AR) est bien en marche.

Le géant de Redmond nous proposera plusieurs casques de constructeurs différents, Acer et HP ont été mis en avant pendant cette Build 2017 avec leur proposition.

Cependant ils sont « contraints » par Microsoft de respecter une configuration minimale sinequanone pour tourner correctement sur votre PC. Votre PC devra être équipé au minimum :

CPU Intel mobile core i5 (7200U) double cœur hyperthreading ou équivalent.
– GPU intégré Intel HD Graphics 620 ou équivalent (compatible DirectX12)
8 Go de mémoire vive en dual channel
– Prise hdmi 1.4 (ou hdmi 2.0)
– Espace disque dur de 100Go (SSD conseillé mais pas obligatoire)
USB 3.0 ( ou 3.1 type-C)
– Bluetooth 4.0

Vous l’avez peut-être remarqué, contrairement à un Oculus Rift ou autre HTC Vive, la configuration requise est bien moins gourmande et donc plus facile d’accès.

Cette configuration ne concerne pas le jeu vidéo, mais plutôt la réalité mixte d’applications ! Le jeu reste évidemment possible avec ces casques. Nous devrions assez vite voir ce pan avec la Xbox notamment.
Tout ça est d’autant plus appréciable que rien ne se fera aux dépens des performances des casques.

casque-vr-acer-750x500.jpg
Par exemple, prenons le casque Acer qui sert de prix d’entrée (299€) nous devrions retrouver ces quelques points clés :

2 dalles LCD d’une définition de 1 440 x 1 440 px chacune (ce qui est mieux que le Vive ou l’Oculus)
– Fréquence de rafraîchissement de 90 Hz (le minimum pour être dans de bonnes conditions)
Prise mini-jack pour brancher un casque audio.

Enfin, les équipes de Microsoft ont profités de la Build 2017 pour dévoiler les « Windows Mixed Reality Controllers ».

Les points lumineux présents sur ces contrôleurs permettent une reconnaissance des mouvements sans aucun capteur externe au casque. En effet, ce sont les caméras intégrées sur le casque qui s’occupent de restituer vos mouvements.

Il en découle une évidente facilité d’installation et d’utilisation du casque, Microsoft insiste sur l’aspect « plug & play ». L’autonomie de mouvement est donc accrue. A noter la présence de gâchettes, de sticks analogiques ou encore d’un touchpad circulaire.

En termes de prix, l’offre débutera à 299$ avec le casque d’Acer seul. Il faudra débourser 399$ pour y adjoindre les manettes. Le tout est d’ores et déjà disponible pour les développeurs.

Il faudra attendre le 17 octobre pour la disponibilité auprès du grand public en même temps que la mise à jour Windows 10 Fall Update Creator.