RAGE 2 : Première heure de gameplay

Salut les amis !

RAGE 2, la suite pas si directe de RAGE, est officiellement disponible depuis ce matin sur PS4, Xbox One et PC. Développé par ID Software et Avalanche Studios, il propose le meilleur du FPS (ambiance DOOMesque garantie avec le côté décalé en plus) avec le meilleur d’un monde ouvert post-apocalyptique.

Lire la suite

Astroneer est disponible sur Xbox One et PC

astroneer_11-14-18

Astroneer du studio System Era avait fait son petit effet il y a un moment déjà lors de son arrivée sur la plateforme Game Preview de Microsoft, aujourd’hui, le développeur officialise donc la fin du développement du jeu et son passage en version 1.0.  Cela signifie donc l’arrivée du jeu sur le store Xbox One et PC et, cerise sur le gâteau, il est Play Anywhere.

Astroneer est un jeu type « sand box » qui fera la part belle à l’exploration spatiale avec au programme des voyages vers des planètes lointaines, de la fouille, de l’exploration, du craft… il faudra toujours aller plus loin vers l’infinie et au delà dans le but de construire des bases bien pensées et établir divers campements.  Il faudra toujours repousser les frontières de l’humanité le tout dans une aventure en solitaire comme en coopération.

Operencia : The Stolen Sun annoncé sur Xbox One en exclusivité console.

Zen Studio, à qui l’ont doit la série des Pinball FX ou encore Castlestorm, a décidé de se lancer dans le RPG avec son plus gros projet: Operencia The Stolen Sun.

Le jeu a d’abord été annoncé en exclusivité sur Epic Games Store pour ensuite faire son arrivée en exclusivité Xbox One sur console.

1er fait intéressant, l’exclusivité console du jeu est le fruit d’une collaboration entre Microsoft, Zen Studio et Epic Games, une entente qui va sûrement dans le sens des 3 parties malgré l’existence du Windows Store. Second fait à noter c’est que l’accord fait état d’une arrivée directement dans le Xbox Gamepass lors de la sortie du jeu prévue « courant 2019 ».

Concernant le jeu en lui même, l’aventure nous amènera à sauver notre petit monde nommé Operencia d’une nuit promise comme éternelle. Le Roi Soleil (pas Louis XIV hein) est visiblement dans la panade et doit être secouru. Niveau gameplay il s’agira d’un donjon-RPG avec système de combat au tour par tour et système de déplacement en cases.

Affichant une vue type FPS, le jeu rappelle d’une certaine manière Shining in the Darkness sur Megadrive ou sa suite spirituelle Shining the Holy Ark.

Quantic Dreams (Detroit : Become Human) bientôt sur PC/Xbox One ?

detroit-become-human-review.jpg

Vous avez appréciez le dernier jeu de David Cage, Detroit : Become Human sur la console de Sony ?

Vous serez peut-être content d’apprendre que la possibilité que le studio français passe à nouveau sur des projets multiplateformes semble se dessiner…

 


Pourquoi est-ce crédible ?


 

Deux éléments sont à prendre en compte pour esquisser l’avenir éditorial du développeur :

 

  • Une offre d’emploi indique que Quantic Dreams est à la recherche d’un programmeur possédant une expérience forte avec Microsoft Direct3D 11 ou 12, cela peut désigner assez clairement les plateformes Microsoft à savoir Windows et/ou la Xbox One.
  • Selon Playstation LifeStyle, Detroit : Become Human marque la fin du contrat liant le studio à Sony. Ce contrat incluait 3 titres originaux : Heavy Rain, Beyond : Two Souls et Detroit : Become Human.

 

Ainsi, le scénario du multiplateforme se profile peu à peu pour le développeur français, même si le conditionnel reste à privilégier à l’heure actuelle.

Rappelons, tout de même, que Quantic Dreams doit encore s’extirper de ses démêlés judiciaires sur fond d’accusations d’harcèlement, d’humiliation et d’homophobie qu’auraient subit certains salariés du groupe.

Orbital : « Si j’étais Xboss… »

Aujourd’hui, nous vous proposons un exercice un peu particulier : nous prenons, tranquillement, les commandes de la branche Xbox, le temps d’un article, l’un après l’autre chaque semaine. En imaginant ce que cette indépendance, récemment acquise, permettrait de mettre en place au sein de Xbox. Petite difficulté :  5 idées maximum.


La version d’ Orbital


Succédant à Phil Spencer, et fraîchement nommé Xboss au sein de Microsoft… Me voilà donc propulsé Xboss, j’ai la lourde tâche de gérer une marque qui est visiblement toujours surveillée avec un regard particulier, une marque qui, en quête de laisser sa trace dans l’industrie, nous a habitué au pire comme au meilleur mais reste en permanence capable de frapper fort quand elle est acculée. Dans ce contexte, ma ligne directrice générale serait de surprendre en faisant confiance aux studios montants, ceux là mêmes qui ne jouissent pas de l’aura de majors tels des EA, Activision et autre Ubisoft, mais des studios dont le talent est palpable, et qui, je pense, ne demande qu’à ce qu’on lui donne les moyens de s’exprimer en mode AAA. En parallèle je donnerais aussi ma confiance aux licences maison et chercherais à les remettre aux goûts du jour mais d’une manière globale l’idée est de proposer du contenu exclusif en provenance de studios talentueux peu médiatisés ou dans une phase ascendante.

Alors c’est parti pour mes 5 idées principales en tant que Xboss !


Fable fait peau neuve


Fable fait partie du top 4 des licences les plus bancables de Microsoft aux cotés de Gears of War, Halo et Forza. Si les 3 autres ont réussis à s’adapter à l’époque et continuent de contenter les fans tout en faisant du chiffre avec un système de lootbox loyal, Fable, de son coté, a totalement raté son virage. Microsoft avait tenté d’orienter sa franchise vers le MOBA, un genre qui avait le vent en poupe en début de génération au même titre que le battle royale de nos jours, mais en vain. L’idée n’est pas de faire de Fable un battle royale, d’autres licences s’y apprêteraient beaucoup mieux comme State of Decay ou Cracdown. L’idée est plutôt d’anticiper et placer Fable comme le précurseur d’un modèle dans une industrie qui cherche actuellement à changer la méthode de financement des jeux.

fable-legends-3-470x3102x

Mon objectif serait, dans un 1er temps, de faire de cette franchise très demandée une saga qu’on aurait plus besoin d’attendre et ainsi de l’extirper du modèle très vieillot des cycles de sorties en épisodes canoniques. Dans un 2ème temps je pense que Fable est LA licence capable de proposer aux joueurs un certain nombre d’éléments qui plaisent aux joueurs en terme de gameplay,  level design et scénario.

Le résultat donnerait un Fable massivement open world (j’ai en tête le magnifique travail apporté sur la world map de Zelda BOTW), jouable en coopération mais non sans certaines règles (pas de drop-in drop-out sauvage), avec un gameplay exigeant de type Dark Souls voir Dragon Dogma. L’atmosphère humoriste du jeu ne serait pas mis à la poubelle pour autant. Le jeu serait en constante évolution avec une map qui grandirait au fil des mois et l’injection d’éléments nouveaux en terme de scénario. Le financement du jeu se ferait en grande partie par un système de micro transactions voir de lootbox loyal considérant l’aspect customisation inhérent à la franchise.


Tango Gameworks affirme son talent


Tango Gameworks est le studio qui exprime à lui tout seul cette idée comme quoi certains studios montants ne demandent qu’à s’exprimer en confiance. Ces studios ont le potentiel pour faire de très grands jeux si, à la manière de Bethesda, on place une certaine confiance en eux. Je pense que ces studios sont trop à cheval entre le studio indépendant de petite envergure et le studio indépendant à plus grosse structure. J’estime que les placer sous une pression saine somme toute logique lorsqu’on leur confie un projet important leur permettrait de donner le meilleur de leur créativité tout en leur permettant de rayonner. C’est ainsi que j’essayerais d’apporter à la branche Xbox des partenaires sur le long terme dans des domaines qui en plus d’être la spécialité de ces studios, seraient des genres manquants dans le portfolio de la Xbox.

corp-tangogameworks-banner

Shinji Mikami à la tête de Tango Gameworks est tout simplement le créateur de la franchise Resident Evil et affiche clairement le survival horor comme un genre qu’il maîtrise. L’évolution entre The Evil Within et sa suite montre à quel point son studio sait hausser le niveau quand cela est nécessaire. Chez Xbox il manque clairement une licence dans le style survival horor et c’est pour cela que je chercherais à créer un partenariat concernant une nouvelle IP avec Tango Gameworks en qui j’aurais pleinement confiance. De plus le studio étant Japonais et ayant déjà travaillé avec une structure américaine telle que ZeniMax, j’aurais moins de craintes quand à reproduire le fiasco Scalebound et prouverait que Microsoft sait travailler avec les studios Japonais, d’ailleurs cela a déjà été le cas à plusieurs reprises par le passé.


Banjo par Studio MDHR


Pour la petite histoire, lorsque Microsoft a racheté Rare LTD, la firme avait flashé sur Donkey Kong Country et ils étaient persuadés que cette franchise ferait partie de la transaction. Erreur fatale ! Donkey Kong appartient à Nintendo et Rare LTD n’avait eu le droit que d’exploiter la licence pour son actionnaire majoritaire de l’époque. MS a donc exploité Banjo qui reste aussi une sympathique franchise.

large1

Nous sommes en 2018 maintenant et un studio vient de naître, un studio avec un style unique et assumé, Studio MDHR. Ce studio a tellement de talent et surtout un style qui sort vraiment du lot qu’il nous permet d’imaginer le visage qu’auraient pleins de licences si elles avaient été à un moment des productions Studio MDHR. On a pu le voir sur les réseaux sociaux avec Dark Souls en mode Cuphead sobrement appelé Cup Souls.

Parallèlement j’admire le modèle d’Ubisoft qui est un des rares majors de l’industrie à ne jamais hésiter lorsqu’il s’agit de proposer des jeux en 2D qui ont « de la gueule », je pense à Child of Light, Soldats Inconnus ou encore Rayman. Microsoft a déjà eu l’excellente idée de financer le superbe Ori et maintenant Ori 2 mais moi j’enfoncerai le clou avec une autre licence à la 2D superbe.

header

Mon idée serait de créer a nouveau un partenariat à long terme avec un studio montant, et qui je suis sur ira très loin, en leur donnant la chance de s’affirmer sur une licence appréciée et elle aussi très demandé: Banjo. Je pense qu’on pourrait être agréablement surpris et revivre l’effet Donkey Kong Country avec un superbe Banjo made in Studio MDHR. Je ne pense pas que l’avenir de Banjo sois obligatoirement en 3D à la Mario et je tenterais le coup avec un Banjo comme jamais on ne l’a vu.


Gearbox Software en orbite


Bon Gearbox Software n’est pas un studio montant, c’est à dire qu’il existe depuis 20  ans environ, mais ce studio dégage un petit truc de studio de l’ombre, celui qui co-développe, comme ce fut le cas sur Halo premier du nom dans sa version PC ou Half-Life. On capte un certain talent chez ce studio qui depuis Brother in Arms, malgré certaines bonnes idées, n’a pas réussi à exprimer ou faire comprendre son talent, jusqu’à l’arrivée de Borderlands.

27

Je vous avoue que mon idée à la base était de confier Halo à Gearbox Software, oui carrément. Leur vision du FPS à travers leur franchise Borderlands me parle et j’avais vraiment envie de les voir appliquer leur vision à la franchise Halo. Mais cela aurait été une erreur, Halo n’a pas vocation à être un RPG (hors Spin-off cela dit) ou proposer un gameplay de donjon RPG. Halo est un FPS space opera pur et dur et cela ne doit pas changer, en soit Halo 5 est ce que Halo doit être.

Mais il y a un truc avec Gearbox Software, je serais très tenté de leur confier un projet de jeu entièrement coopératif dans un univers Sci-fi avec une exploration très poussée. Ou pourquoi pas dans un monde post apocalyptique. On sent que Gearbox commence à dessiner sa spécialité qui se présente comme du FPS coopératif-tactique en monde ouvert, il y a du Destiny dans leur vision mais en nettement plus tactique et avec un gameplay plus posé. Cela dit leur rachat de la franchise Homeworld pourrait être mis à profit. Pourquoi ne pas commander Homeworld 3 ? Néanmoins au-delà d’un jeu particulier c’est la vision du gaming de Gearbox Software qui, je pense, ne doit pas être ignorée. Ce studio est pleins de talent et avec un budget intéressant ainsi qu’un éditeur ambitieux, il se pourrait que ce talent rayonne comme il le mérite et rejoigne, par la même occasion, le portfolio de la Xbox de façon exclusive.


Frontier Developments ressuscite The Outsider


Comme vous le savez il y a des styles dans le gaming qui débarquent et qu’on ne voyaient pas venir. On a parlé des MOBA un peu plus haut, le battle royale maintenant, il y a eu le style instauré par Minecraft, les jeux de zombis etc. Il y en a eu d’autres et il y en aura encore à venir et peut être encore d’autres qui reviendront. En tant que Xboss j’ai le sentiment que le genre gunfight dans le style John Who va avoir droit à son heure de gloire. Il y a déjà eu de sympathiques tentatives par le passé comme la franchise Dead to Rights ou encore les Max Payne voir Stranglehold. A l’image de Quantum Break, c’est pour moi un genre qui a peu évolué, et même si Quantum Break avait des qualités, il n’a pas su apporter les évolutions pertinentes pour le genre gunfight. En tant que Xboss au passage je ne lâcherais pas la franchise Quantum Break et je suis sur que Remedy pourrait faire un 2ème opus mieux calibré en terme de gameplay mais parallèlement je prendrais la décision de ne pas laisser fuir un partenaire de longue date: frontier Developments.

Ce studio est partenaire de Microsoft depuis longtemps et avait même signé un deal qui les amener à proposer régulièrement des jeux pour les plateformes gaming de Microsoft. Frontier Developments avait d’ailleurs ouvert un second studio à la tache sur un jeu censé être ambitieux mais malheureusement annulé en début de génération. Je considère que ce jeu pourrait faire partie d’un style qui pourrait être amené à manquer dans l’avenir. Je pense qu’un certain The Agent va refaire parler de lui très prochainement du coté de la concurrence et que Sony a déjà par le passé envisagé le retour du genre gunfight. Lorsque cela se produira, la Xbox aura besoin d’être présente sur ce secteur et dans le meilleur des cas la seule console à proposer ce genre.

the-outsider-game-frontier-developments-cancelled-06-1024x576

Mon idée est donc de ressusciter The Outsider mais bien-sur de façon plus ambitieuse et calibrée à notre époque. Gameplay TPS en cover et action aux scripts bien pensés dans un shooter nerveux et au scénario bien mis en scène. Pourquoi pas une évolution vers un mode multi dans les épisodes à venir en cas de succès.

CONCLUSION

Voilà pour mes décisions en tant que Xboss. J’ai affiché ici des décisions concernant un chantier plus focalisé sur les jeux mais bien évidement d’autres décisions d’ordre plus politique devront accompagner mes choix, même si je considère que Spencer a clairement fait le boulot parfait à ce niveau. Mon travail serait donc facilité et je pourrais employer mon énergie pour déceler les tendances de demain aussi bien dans le style de jeu qui pourrait avoir le vent en poupe que dans les méthodes de financement des jeux et leur impact sur l’architecture de ces derniers. Mon envie suprême serait de m’insérer dans la brèche ouverte par mon prédécesseur et d’essayer de changer les habitudes d’une industrie trop bridée par le passé. Tout en restant dans le respect des gamers, j’essayerais de trouver un moyens de leur proposer des jeux avec moins d’attente mais une qualité non relayée au second plan tout en positionnant le modèle Xbox comme celui a suivre par  l’industrie.

La version de Twins est disponible ici.
La version de Darkfoxx est disponible ici.

State of Decay 2 : du nouveau dans la semaine

sod22

Annoncé pour un vague début 2018, State of Decay 2 vient de recevoir sa classification ESRB et sera donc classé M. Généralement une date de sortie pointe le bout de son nez pas loin après et c’est justement ce qui est pressentit à la lecture du compte Instagram de State of Decay 2.

sod2

Le compte officiel Instagram de SOD2 prend donc ici rendez-vous aves ses chasseurs de zombis à travers une « mobilisation pour agir », certainement contre la prolifération zombiesque chère à la licence, et c’est pour cette semaine !

Des détails sont promis pour bientôt sur les différents réseaux sociaux en vogue ainsi que le blog du jeu. On espère une date de sortie avec pourquoi pas une nouvelle bande annonce pour ce futur jeu de survie en coopération !

 

The Vanishing of Ethan Carter débarque sur Xbox One ce 19 janvier

Ethan Carter

Cette production signée The Astronauts se décide enfin à poser ses valises sur la console de Microsoft, et les développeurs ont même réservé une surprise aux joueurs Xbox One.

Des fonctionnalités exclusives

2 pour être précis. La première affirme la volonté des développeurs d’utiliser toute la puissance proposée par la toute fraîche Xbox One X à travers un mode 4K exclusif. Le jeu étant réputé pour ses décors champêtres somptueux ce mode est plus que bienvenue.

La 2ème surprise est un mode dénommé « Free Roam » qui comme son nom le suggère, nous permettra de nous promener librement sans soucis liés au scénario du jeu.

L’annonce du jeu sur Xbox One a été accompagnée de commentaires des développeurs qui nous ont notamment expliqué leur motivations derrière les nouveautés apportées à la version Xbox One.

« Nous avons rajouté le Free Roam et la 4K pour la Xbox One simplement parce que nous voulions injecter un peu plus d’excitation dans un jeu déjà disponible sur d’autres plateformes. Cette nouvelle version était une bonne raison pour ajouter des fonctionnalités intéressantes »

Ethan Carter2

Concernant l’exclusivité de ces fonctionnalités Xbox One, les développeurs ont exprimé une logique dite « gagnant-gagnant » dans la mesure où « la Xbox One profiterait de la version la plus complète » de leur jeu et qu’elle leur permettait de « proposer des fonctionnalités demandées par la communauté ». Si le Free Roam pourrait arriver « bien plus tard » sur d’autres machines, en ce qui concerne la 4K les choses seraient différentes. Cette fonctionnalité serait exclusive à la Xbox One « pour un bon moment » dans la mesure où la mouture Xbox One tirerait avantage de la dernière version de l’Unreal Engine 4. Sans être techniquement compliqué « un portage sur d’autres plateformes nécessiterait certainement plus de travail donc plus de ressources  tout en se retrouvant confronté à des longueurs en terme de certification et de débogage »

Maintenant que The Vanishing of Ethan Carter a pris rendez-vous avec la Xbox One dans sa version la plus complète d’après les dires des développeurs, il serait intéressant de savoir s’ils ont des plans concernant l’implémentation de la VR déjà disponible dans la version PC du jeu. Mais pour cela il faudrait aussi que Microsoft précise enfin ses plans concernant la VR sur Xbox One.

The Vanishing of Ethan Carter sera disponible sur Xbox One le 19 janvier 2018.

PUBG responsable du flop de Lawbreakers?

boss keyC’est connu, la plus part des éditeurs ont des comptes à rendre à leurs investisseurs, et parfois les explications sur les résultats ont une odeur de mauvaise excuse.

Lors d’une séance de questions réponses basée sur un récent rapport financier, l’éditeur Nexon a dû s’expliquer sur les résultats en Amérique du nord, et il semblerait que le bouc émissaire soit tout trouvé.

« Nos résultats en Amérique du Nord au troisième trimestre ont été inférieurs à nos prévisions, principalement en raison des ventes, inférieurs à nos attentes, de LawBreakers.

LawBreakers est un FPS unique développé pour les core gamers. Nous attendions beaucoup de son lancement, mais le timing du lancement s’est avéré malheureux.playerunknowns-battlegrounds

Pour être précis, le blockbuster online PC, PlayerUnknown’s Battlegrounds, est sorti à peu près au même moment, rendant l’environnement du marché très difficile pour les FPS en général dont LawBreakers. »

Les résultats catastrophiques du dernier bébé de Cliff Blezinski sont donc clairement pointés du doigt mais Nexon rassure les investisseurs concernant une éventuelle hémorragie en terme de dépenses.

« Sur le chiffre total, la perte de valeur liée à LawBreakers représente la majeure partie de ce montant. De plus, en ce qui concerne la perte de valeur pour LawBreaker, il s’agit de la totalité, nous ne comptabiliserons pas d’autres pertes de valeur pour LawBreaker à l’avenir. »

Mais pour l’éditeur, tout devrait s’arranger sur ce territoire grâce à l’acquisition récente d’un studio spécialisé dans le jeu mobile.

« En Amérique du Nord, nous prévoyons une augmentation du chiffre d’affaires par rapport à l’exercice précédent grâce à la consolidation de Pixelberry Studios, qui débutera au quatrième trimestre. »

De quoi s’inquiéter pour l’avenir de Lawbreakers et son éventuelle arrivée sur Xbox One. Espérons juste que ce revers ne mettra pas trop le studio Boss Key en difficulté.

Rumeur: arrivée imminente du combo clavier/souris sur One?

20150127_en01

Certains craignent que cela arrive, d’autres n’attendent que ça, il semblerait que la compatibilité avec le clavier et la souris soit sur le point d’être annoncé sur Xbox One. On en parlait en septembre dernier et cette fois les choses s’accélèrent…

La rumeur vient du site gamer professionals, qui serait tombé sur un communiqué prématuré de Xbox Pologne, ce dernier annonçant purement et simplement que la prochaine mise à jour de Windows 10 permettrait d’utiliser claviers et souris en plein jeu sur Xbox One.

« C’est le moment que beaucoup de joueurs attendent depuis longtemps. grâce à la dernière mise à jour de windows 10 sur xbox one. vous pouvez maintenant connecter votre souris, clavier et webcam à votre console et les utiliser en jeu.(…)Certains joueurs préfèrent conquérir le monde virtuel avec un pad en main. D’autres, apprécient par dessus tout la précision de mouvements de la souris. Cependant, d’autres, ne peuvent pas imaginer jouer sur autre chose qu’un clavier. Désormais, les propriétaires de consoles Xbox One (y compris les modèles Xbox One S et la dernière Xbox One X) peuvent choisir ces accessoires et décider eux-mêmes ce qu’ils utiliseront. »

Bien que la source du site ne soit plus qu’un lien mort, suggérant que l’annonce ait été faite trop tôt, gamer professionals a néanmoins pris soin d’en faire une capture d’écran.

Si cette rumeur se confirme, cela pose la question de l’équité entre les joueurs, car on peut aisément imaginer que les joueurs équipés du combo clavier/souris auront un avantage en terme de réactivité et de précision sur les joueurs au pad, d’un autre côté, ça équilibrerait les choses pour les jeux cross plateforme avec les gamers PC. Enfin on peut imaginer que si une telle chose arrive, alors l’annonce de Age of Empire 4 sur Xbox One n’aurait plus de raisons de ne pas se faire. Du coup, bonne ou mauvaise nouvelle? Difficile de trancher.

 

Xbox One X : Historique des prédictions que Microsoft a mis sur la touche.

the-first-xbox-one-x-commercial-696x464

 

La Xbox One X fêtera dans quelques jours son premier mois de commercialisation et si les résultats semblent satisfaire le patron de Microsoft, il est une chose que cette petite sœur de la famille Xbox One a réussi avec brio : mettre en échec la quasi-totalité des prédictions à son sujet. Petit tour d’horizon de ce qui a pu se dire, se lire ou s’écrire sur la toile après l’annonce du « Project Scorpio » jusqu’à la commercialisation de la Xbox One X :

 


« Le Project Scorpio sera à plus de 600€. »


 

project-scorpio_01b0000001637146

Le sujet du prix a probablement été le premier point à enflammer le net. Microsoft a lui-même entretenu le mystère autour du prix de manière régulière. Phil Spencer montait au créneau pour rafraîchir les ardeurs de certains spéculateurs. Il affirmait alors que le produit était axé clairement sur le segment du « luxe » en ajoutant qu’il serait de facto cher et pas forcément « abordable » pour tous les joueurs.

Puis, quelques jours après pouvait-on entendre un discours moins alarmiste soulignant qu’il n’y aurait rien de disproportionné ou de jamais vu sur la tarification du produit.

Ainsi, certains semblaient convaincus que Microsoft s’aventurerait dans une fourchette entre 600 et 800 dollars.

Le résultat est pour le coup une petite surprise avec les 499$/€ affichés. Le ratio performance/prix est imbattable.

 


« 6 TFLOP ne suffisent pas pour de la 4K ».


 

xbox-scorpio-specs-prix-date

L’idée que 6 Tflops ne suffisent pas pour afficher de la 4K native a eu le vent en poupe pendant un long moment. La communauté de joueurs PC appuyant en ce sens (les cartes graphiques qui gèrent facilement ce genre de résolution sont parfois plus chères que la console et ont plus TF), ou encore un Marc Cerny (l’ingénieur à l’origine de la PS4/PS4 Pro) affirmant qu’il faut idéalement 8 Tflops pour afficher une résolution 4K, participent à entretenir un sentiment de méfiance quant à la véracité des propos de Microsoft sur ce sujet. Pour beaucoup, la firme de Redmond s’arrangerait avec la réalité et ne pourrait tenir cette promesse.

Résultat ? Vous me voyez venir, non ? Prédiction évidemment fausse. De par l’optimisation poussée à l’extrême sur cette Xbox One X, ce petit miracle est devenu réalité. L’intégration de DirectX12, directement et nativement dans le GPU par exemple (c’est une première), permet d’alléger le CPU. Dans les faits, on passe de plus de 1000 opérations de calculs pour obtenir un résultat à seulement 11 ! Pour schématiser, Microsoft peut faire plus avec moins sur Xbox One X.

Voilà pourquoi, entre autres choses, cette prédiction est complètement biaisée.

 


« La X utilisera des réglages en low/medium pour pouvoir faire de la 4K. »


 

gears-4-1

Puisque Microsoft martelait, sans vaciller, que oui la Xbox One X pouvait faire de la 4K en dépit du scepticisme ambiant, cela a très vite axé le débat sur un autre élément. Il faut dire que l’aplomb de Microsoft sur le sujet étonne autant qu’il interpelle, et il devait obligatoirement y avoir une explication « rationnelle » ! Très vite l’idée a fait son chemin que, même si la 4K semblait acquise, jamais il ne pourrait être question de « settings » en ultra comme sur un PC performant.

Le net tablant alors sur des paramètres en « low » ou au mieux en « medium ». Dans l’inconscient collectif, une console à ce prix ne pouvait évidemment pas faire plus…

Résultat ? Encore faux. Les preuves se multiplient et Gears of War 4 est probablement le meilleur exemple à ce sujet : une 4K native couplée à des détails visuels et techniques en « ultra » préalablement disponibles uniquement sur la version PC du titre.

 


« La console ne pourra pas faire du 4K/60fps. »


 

Résumons : la One X sait parfaitement gérer une résolution 2160p native si le développeur s’en donne la peine, le tout à 30fps. Elle sait gérer tout aussi bien le 60fps en 1080p. Mais quid du combo 4K/60fps ? Oui, c’est possible. Mais les cas restent rares. Il s’agit généralement de jeux peu ou moyennement gourmands, à l’exception de certains gros titres très bien optimisés comme par exemple Forza Motorsport 7.

Cette prédiction n’est donc pas entièrement fausse. Pour rappel, Microsoft n’a jamais promis ce combo résolution/fps comme base récurrente sur sa console.

 


« Aucun partenaire 3rd party ne supportera la Xbox One X et sa 4K. »


 

2324ec96-3670-4d9f-b06f-756d8247687a

Cette prédiction affirmation coule de source pendant plus d’un an. Deux raisons principales à cela…

La PS4 servant très régulièrement de « lead-plateform » pour développer un jeu, personne ne pensait que les éditeurs tiers iraient revoir leur copie spécifiquement pour la Xbox One X avec une part de marché deux fois moins importante que celle du leader actuel.

Au mieux, pouvait-on espérer des versions identiques à ce que certains proposaient déjà sur PS4 Pro. Le support de cette dernière étant de surcroit assez faible de la part des développeurs, la question pouvait se poser légitimement. (Pour rappel au lancement on comptait environ 30 titres exploitant à minima la version « Pro » de la PS4)

Au pire, personne (éditeurs/développeurs) n’irait mettre de l’argent sur une version Xbox One X, qui de toute façon, rapportera moins qu’une version PS4/PS4 Pro, même « moins belle ».

La cohésion entre Xbox et PC rend cette question plutôt glissante. Car dans les faits aujourd’hui, les éditeurs poussent les versions PC de leurs jeux toujours au maximum de ce qu’ils peuvent faire à l’instant T. Puis, ils procèdent à une série de concessions plus ou moins importantes selon la plateforme sur laquelle ils souhaitent proposer leur soft.

Sauf qu’ici, Microsoft l’a plutôt finement joué. Effectivement, en permettant aux développeurs de réaliser des portages quasi-instantané entre un PC et une Xbox, sans concession ou si peu grâce à la surpuissance hardware de la One X, la société de Redmond a rendu la question initiale totalement inadéquate.

Le résultat ? La Xbox One X est largement supportée par les éditeurs, et pour cause, ils n’hésitent pas à exploiter les plus de 40% de puissance supplémentaire (par rapport à la PS4 Pro). A l’heure où ces lignes sont écrites la barre des 170 jeux optimisés (ou annoncés tels quels) Xbox One X est atteinte après seulement 23 jours de commercialisation. Grâce à cela, Microsoft éloigne l’ombre de l’incident industriel, c’est à dire un trop faible support technique d’un nouvel hardware, contrairement à son concurrent.

 


« Xbox One X sous-exploitée, la faute à la Xbox One/PS4. »


 

Console surpuissante ? Ok on a tous compris. Mais comment bien exploiter cette puissance quand la Xbox One (S) et la PS4 peuvent potentiellement tirer vers le bas la qualité visuelle des jeux ?

Le gros avantage pour Microsoft réside probablement dans la love story que sa Xbox entretient avec le monde du PC. Avec des outils de développement identiques qui facilitent le portage, les développeurs peuvent en un temps record proposer un portage exploitant à minima les capacités du « monstre ». Et cette cohésion n’a pas fini de se développer.

Néanmoins, les contre-exemples existent. Le cas de PUBG (jeu multijoueur, disponible le 12 décembre prochain sur Xbox) illustre parfaitement ce « soucis ». Le titre de Bluehole restera donc, pour le moment, en 30fps sur Xbox One X, alors que le 60fps est possible et fût même envisagé un temps. Pourquoi ? Il ne faut pas pénaliser les joueurs de la version Xbox One d’origine, qui oscille entre 30/40 images par secondes sur ce jeu. Selon le développeur, et sauf solution d’optimisation pour amener le framerate de la version Xbox One à 60 fps, les joueurs One X n’en profiteront pas.

 


« La Xbox One X va surchauffer, fera beaucoup de bruit et consommera tout autant »


 

Les tests pro sont passés par là, les retours utilisateurs aussi. Et ce ne sont pas quelques vendeurs malhonnêtes d’une grande chaine de magasins spécialisés (M……..) très connue en France, désireux de vendre une assurance complémentaire à leur vente, ou certains sites français et leurs problèmes de méthodologie, qui donneront du poids à cette prédiction. Car en soit elle est totalement fausse, et les ingénieurs de Microsoft ont réussi ce tour de force dans un si petit châssis : à savoir, rendre la console silencieuse, avec un dégagement de chaleur maitrisé. Plus généralement, c’est la fiabilité tout entière qui est à saluer.

 


« Un PC à 500€ fait tout aussi bien qu’une Xbox One X. »


 

La console ayant enterré la totalité des interrogations, que reste-il à lui reprocher ? Hormis l’éternel « manque de jeux exclusifs » ?

Et bien encore aujourd’hui, « El Famoso » PC à 500$ pouvant tenir tête à une Xbox One X, jouit d’un certain succès auprès de quelques fans inconditionnels, qui se refusent à une réalité pourtant très concrète.

C’est simplement impossible. Factuellement, l’équivalence PC de la console de Microsoft est, en moyenne et à ce jour, dans des prix oscillant entre 1000 à 1500$/€ minimum.

 


Rédaction et correction par Twins & Darkfoxx.