Chernobylite : un survival horror radioactif sur Xbox One

apres-get-even-the-farm-51-annonce-chernobylite-80377851

La Russie est à l’honneur en ce mois de février, la sortie de Metros Exodus approchant à grands pas et bien c’est le moment que le studio Farm 51 a choisit pour annoncer Chernobylite, un survival horror dans le plus pur style du studio polonais à qui l’ont doit le très sympathique Get Even.

Pour ce qu’on sait de Chernobylite, il s’agira d’un jeu thriller horreur prenant place en pleine zone radioactive suite à l’explosion, en 1986, de la célèbre centrale nucléaire. Logiquement cette zone a fortement été chamboulée par ce triste événement mais pas comme on le pense. Au delà de la radioactivité imprégnée dans  la zone, une forte présence paranormale et mystique semble s’être installée dans le coin.

Bon à savoir: nous avons un peu investigué de notre coté et nous avons découvert que la Tchernobylite (attention à l’orthographe) est en fait un minerai composé d’uranium et donc fortement radioactif qui a été découvert au cœur du célèbre réacteur.

Nous prendrons le contrôle d’un scientifique qui ira sur les lieux de la catastrophe des années plus tard, à l’endroit même où sa femme a périt, lors de l’explosion donc.

Au menu: de l’exploration (la zone a été restituée totalement grâce à un scan 3D fait sur place), des combats contre des êtres surnaturels et des mutants, de la collecte et du craft mais aussi une mystérieuse réalité alternative qui affectera vos sens et votre perception de l’environnement. Le jeu sera non linéaire et proposera un système de choix dans la manière dont on abordera les groupes rencontrés dans cette zone d’exclusion. Oui oui tout cela rappelle fortement Metro Exodus et autres Fallout.

Chernobylite, tournant sous Unreal Engine 4, est prévu pour une arrivée en fin d’année 2019 sur PC et console, on espère une optimisation Xbox One X !

Anthem : le trailer de lancement est là !

Nous entrons dans la dernière ligne droite pour le dernier bébé de Bioware. Révèlé en juin 2018 lors de la conférence Microsoft à l’E3, Anthem avait fait sensation avec la promesse d’une sortie début 2019. Nous y voilà !

Anthem est la future grosse cartouche de l’éditeur Electronic Arts censé venir contester l’hégémonie de Destiny dans la même catégorie. Mais pour cela Bioware n’a pas simplement cherché à copier son concurrent mais à voulu proposer un jeu aérien et nerveux misant sur la verticalité des maps. Plus encore, le jeu se voit même arborer un côté Monster Hunter pas déplaisant faisant la part belle aux grands terrains de chasses à la végétation luxuriante.

Si la récente démo pouvait laisser un goût amer concernant le contenu de lancement un peu chiche, Bioware s’est empressé de rassurer tout le monde en promettant beaucoup de contenu ajouté en post launch. Il s’agira de « grosses » MAJ dénommées « acts » dont le premier arrivera en Mars sous le nom « Echoes of Reality ». Ces acts seront l’occasion de rallonger la trame principale du jeu, proposer de nouvelles zones, objets, PNJ etc.

Anthem sera disponible le 22 février 2019 et en avance d’une semaine pour les membres Origin Access et EA Access avec la promesse de la 4K native sur Xbox One X. Faites chauffer vos javelins !

Astroneer est disponible sur Xbox One et PC

astroneer_11-14-18

Astroneer du studio System Era avait fait son petit effet il y a un moment déjà lors de son arrivée sur la plateforme Game Preview de Microsoft, aujourd’hui, le développeur officialise donc la fin du développement du jeu et son passage en version 1.0.  Cela signifie donc l’arrivée du jeu sur le store Xbox One et PC et, cerise sur le gâteau, il est Play Anywhere.

Astroneer est un jeu type « sand box » qui fera la part belle à l’exploration spatiale avec au programme des voyages vers des planètes lointaines, de la fouille, de l’exploration, du craft… il faudra toujours aller plus loin vers l’infinie et au delà dans le but de construire des bases bien pensées et établir divers campements.  Il faudra toujours repousser les frontières de l’humanité le tout dans une aventure en solitaire comme en coopération.

Operencia : The Stolen Sun annoncé sur Xbox One en exclusivité console.

Zen Studio, à qui l’ont doit la série des Pinball FX ou encore Castlestorm, a décidé de se lancer dans le RPG avec son plus gros projet: Operencia The Stolen Sun.

Le jeu a d’abord été annoncé en exclusivité sur Epic Games Store pour ensuite faire son arrivée en exclusivité Xbox One sur console.

1er fait intéressant, l’exclusivité console du jeu est le fruit d’une collaboration entre Microsoft, Zen Studio et Epic Games, une entente qui va sûrement dans le sens des 3 parties malgré l’existence du Windows Store. Second fait à noter c’est que l’accord fait état d’une arrivée directement dans le Xbox Gamepass lors de la sortie du jeu prévue « courant 2019 ».

Concernant le jeu en lui même, l’aventure nous amènera à sauver notre petit monde nommé Operencia d’une nuit promise comme éternelle. Le Roi Soleil (pas Louis XIV hein) est visiblement dans la panade et doit être secouru. Niveau gameplay il s’agira d’un donjon-RPG avec système de combat au tour par tour et système de déplacement en cases.

Affichant une vue type FPS, le jeu rappelle d’une certaine manière Shining in the Darkness sur Megadrive ou sa suite spirituelle Shining the Holy Ark.

Xbox Game Studios : le nouveau label gaming Microsoft.

Embargoed_Confidential_Studios-Asset-630x354

Ce lundi 5 février 2019 s’est tenue une nouvelle édition de l’Inside Xbox, le rendez-vous mensuel de Microsoft dédié gaming, et comme souvent ce fut l’occasion de faire quelques annonces.

Microsoft poursuit donc ses grands travaux concernant sa branche gaming qui, après les multiples rachats de studios, se voit mettre à jour le nom de son label. Alors exit Microsoft Studios et place à Xbox Game Studios  ! Un nom qu’on ne devine bien-sûr pas choisi au hasard et qui annonce la couleur. Le nom Xbox est désormais affiché en tête du label, une autre manière pour Microsoft de réaffirmer qu’il va falloir compter sur leur branche gaming qui ne cesse de prendre du poids au sein du groupe.

 

Le tout frais Xbox Game Studios compte à ce jour 13 studios en attendant les prochains qui rejoindront la famille. Oui Microsoft annonce ne pas en avoir terminé avec l’intégration de nouvelles équipes, Matt Booty s’étant même permis de teaser des annonces à ce sujet en juin 2019 lors du salon international du jeu vidéo. Vos pronostics  ?

 

 

Microsoft Studios et Xbox se donnent les moyens de leurs ambitions.

 

 

 

Microsoft Studios

 

Microsoft garde le cap, affûte ses armes, peaufine le moindre détail pour sa prochaine Xbox. Cela fait des mois qu’on évoque les grands changements qui interviennent au sein de la division Xbox, et les choses avancent à grands pas.

 

 L’investissement de Microsoft dans les jeux vidéo n’a pour ainsi dire probablement jamais été aussi massif.

Pour s’en convaincre, regardons la stratégie de Satya Nadella et de ses équipes pour la branche Xbox. Entre juin et novembre 2018, Microsoft a acquis 7 studios de développement. On sait que l’entreprise n’a pas fini son « remodelage » interne. D’autres acquisitions sont attendues pour 2019.

Le profil des candidats privilégiés de Microsoft est assez précis mais pas exclusif. Ce sont généralement des studios de taille modeste, à l’effectif oscillant entre 50 et 100 personnes. Souvent ces studios ont la capacité de faire des choses solides avec des moyens (parfois très) limités.

Ninja Theory, InXile, Obsidian ou encore Compulsion Games font typiquement partie de ce schéma. Mais toutes ces équipes ont un point commun, elles flirtent toutes avec la ligne rouge financière en étant indépendant.

 

brian-fargo-revient-sur-l-acquisition-d-inxile-par-microsoft-e0e9f549__w830.jpgLe fondateur d’Inxile, Brian Fargo, l’expliquait il y a quelques semaines : le budget pour créer des jeux dit « Double A » à triplé ces dernières années passant de 5/6 millions à plus de 15 millions de dollars. Intenable pour ces petites structures.

 

 

L’intervention de Microsoft dans le capital de ces entreprises, permet de les alléger d’un poids. D’ailleurs, le géant américain se chargera à présent de tout l’administratif, laissant aux équipes le soin de se concentrer uniquement sur la conception du jeu.

Même l’intégrité de la direction artistique ne sera pas remise en cause par le nouveau propriétaire, qui s’y refuse catégoriquement. Le directeur de Microsoft Studios, Matt Booty sera garant de ce choix stratégique et ne viendra jamais imposer un projet ou discuter des choix artistiques de ses équipes.  


matt-booty.jpg
Matt Booty (Patron Microsoft Studios)

 


Quelles sont les prochaines étapes ?


 

Comme nous l’évoquions un peu plus haut, Microsoft est toujours dans une étape d’expansion et de consolidation de son offre de jeux.

Ainsi, de nouvelles acquisitions de studios se profilent à l’horizon et sont attendues courant 2019. Récemment, Klobrille, « un insider » souvent bien informé, évoquait une prise de contact des équipes de Phil Spencer avec les créateurs de Hitman : IO Interactive.

Microsoft_Studios_Logo

Il y a quelques jours, Klobrille affirmait, sans ambiguïté, que Microsoft serait actuellement en discussion active avec des studios indépendants, aussi bien de petite que de grande taille. Et histoire de finir de vous chauffer à blanc, il précise que certains noms seront plus surprenants que les 7 premiers !

Aujourd’hui, l’insider annonce que des négociations avancées sont en cours depuis plusieurs mois avec un studio de taille moyenne, ayant œuvré historiquement pour Playstation.

Gardez à l’esprit qu’il s’agit (que) de discussions, de négociations, en aucun cas cela confirme que les accords iront jusqu’à la signature.

 


Autant d’équipes de développement aura-t-il une répercussion sur le type de projet ou les budgets alloués ?


 

Question légitime. Le nombre d’équipe interne au constructeur monte en flèche, ça tout le monde l’a compris.

Tous sont ambitieux et demanderont des ressources en adéquation pour mener à bien les projets qu’ils auront choisis. Car oui l’éditeur/constructeur américain laisse carte blanche aux nouveaux venus pour créer les jeux qu’ils souhaitent.

Microsoft n’ayant pour ainsi dire jamais autant investi dans la création de jeux vidéo, comment compte-t-il faire ?

La division Xbox ne semble rien laisser au hasard. Le budget alloué à ses studios serait conséquent.  

mike ybarra.jpg

Un youtuber répondant au nom de Boogie2988 a pu échanger avec Mike Ybarra. Boogie a retranscrit son échange avec Monsieur Xbox Live durant un podcast diffusé sur YouTube.

Ligne de mire : la prochaine génération. 

Boogie commence et pose la question : « Pourquoi Microsoft achète autant de studios à la fin d’une génération de consoles ?»

La réponse est simple :  

Microsoft souhaite dominer la prochaine génération.

 

Mike Ybarra détaille par la suite le genre de rencontre avec les studios indépendants que Microsoft approche. A chaque fois, quand il rend visites à ces entreprises, le géant américain pose cette question : « Quel projet voulez-vous faire ? ». Tous ces studios, habituellement en difficulté avec leur finance pour boucler leur projet, répondent assez logiquement : « Quel est notre budget ? ».

La question n’est plus là selon l’homme de Microsoft : « Je pense que vous ne comprenez pas, ce n’est pas notre question, notre question est de savoir quels jeux voulez-vous faire ? Nous sommes Microsoft et nous avons le budget. Nous voulons juste savoir quel jeu vous désirez faire, quels sont vos rêves les plus fous ? »

 


En conclusion, Microsoft se donne les moyens d’acquérir beaucoup d’équipes de développement, tout en garantissant des budgets conséquents pour la conception de leur jeu. A l’heure actuelle, Microsoft Studios compte 1800 à 2000 personnes dans ses rangs, réparties à travers 13 studios et œuvrant à la conception d’un catalogue de jeux inédits pour l’écosystème Microsoft (Xbox, PC, xCloud, Gamepass…).


Correction : Darkfoxx

OMEGA STRIKE: du metroidvania sauce nanar

Omega Strike fait partie de ces jeux qui se sont retrouvés dans ma shop list en 2 minutes grâce à un argument souvent anodin mais qui presque tout le temps prend sa source dans ma curiosité. Dans le descriptif du jeu, outre la liste des différentes features que nous serons amenés à rencontrer dans le jeu, une m’a interpellé. Elle affichait fièrement une bande son made in Ken Snyde. La bande annonce proposait une musique déjà super sympa et je me demandais « mais qui est donc ce Ken Snyde ? » 2 minutes plus tard je plongeais dans une aventure sympa et nanaresque, développée par Woblyware.

 

Alors soyons honnêtes, sa bande annonce résume quasi à la perfection ce que vous rencontrerez dans Omega Strike, on y voit dans les grandes lignes l’intérêt du jeu. En la visionnant vous saisirez probablement ce qui m’a fait télécharger le jeu. Il s’annonce simple et efficace, pixel art non grossier (oui oui j’insiste au travers de mes tests mais le pixel art n’est pas obligatoirement une bouillie de pixel), un gameplay typé metroidvania et comme vous pouvez l’entendre, une musique « trop cool ! » En bon amoureux et nostalgique des années 80, je me suis dis ce jeu va me plaire.

Omega Strike_20180614220953
Notre trio de héros

Comme mentionné dans le titre, le jeu arborera une petite ambiance nanar mignonesque, et pour être franc je ne sais pas si c’est voulu ou non mais les références sont si nombreuses que je ne peux imaginer que cela soit un hasard. Nous contrôlerons donc 3 personnages chacun clairement militarisés avec des compétences qui le seront tout autant. L’un prendra des allures de Rambo, sera capable de s’accrocher aux poutres et de proposer un tir rapide de mitrailleuse, le second ressemblera à une caricature de ninja capable d’un double saut et de tirer au fusil à pompe ; pour finir, le troisième se présentera comme un personnage plus bodybuildé, équipé d’un lance grenade et expert en explosifs. Cette escouade devra s’opposer au vil Docteur OMEGA et son armée de mutants afin de réduire à néant ses ambitions de domination du monde.

dromega
Le Dr OMEGA et son armée

Nous commencerons par une classique phase de tuto bien intégrée au scénario où notre trio devra fuir une base souterraine. Cette séquence sera l’occasion de présenter les différentes premières capacités de nos héros mais aussi d’introduire l’un des atouts majeur du gameplay d’Omega Strike, à savoir, la possibilité de switcher d’un héros à l’autre afin d’évoluer dans les niveaux et encaisser les pièges et autres obstacles du level design ou du bestiaire. En fin de tuto nous auront droit à un événement on ne peut plus classique mais toujours aussi efficace, la dispersion de l’escouade dont il ne restera plus qu’un membre. Vous l’aurez compris il faudra aller libérer ses copains et surtout leurs capacités, un peu à la manière d’un Megaman.

Une fois le tutoriel bouclé, nous serons face à ce qui fera office de hub central de la map, un village dans lequel nos héros devront régulièrement revenir se préparer pour leurs diverses excursions dans les niveaux du jeu. Au programme, ravitaillement en items de restauration, boutique où nous pourrons y dépenser l’argent gagné et upgrader nos capacités. Nous y trouverons aussi un hélico qui nous permettra de voyager vers les 5 cartes du jeux, chacune déblocables au grès des découvertes et des boss vaincus dans un classique ordre de difficulté. Justement, parlons de cette dernière. La difficulté du jeu est bien dosée dans l’ensemble, le bestiaire, bien diversifié, n’est jamais trop vicieux mais jamais non plus placé au hasard. Le gameplay ne souffrera jamais de gros défauts et restera toujours précis tout en autorisant les erreurs d’approximation, dans les sauts par exemple.

La difficulté monte crescendo et les prémices d’un obstacle nouveau seront toujours logiquement effacées par de nouveaux pouvoirs fraîchement gagnés. J’exprimerais tout de même un regret. Il est dommage de voir que la fonctionnalité de switch de personnages n’ait pas été assumée à un plus haut degrés. Je m’attendais, à un moment, à avoir à faire à des passages plus tortueux où il aurait fallu sauter puis switcher tirer puis reswitcher avant de reposer le pied sur une hypothétique plateforme par exemple, mais non rien de tout ça. Changer de personnage ne se fait jamais sous la pression de ce qui gravite autour du héros. Je rajouterais que les boss, bien qu’originaux, ne sont jamais réellement compliqués et que les plus difficiles d’entre eux semblent avoir annihiler toute idée de stratégie d’apprentissage de leur paternes au profit d’une technique plus bourrine où il suffira de rester en vie et de se goinfrer d’items de restaurations tout en tirant dessus.

OSvillage Omega Strike_20180609011319OSforet OSboss

Terminons par ce qui m’a fait acheter le jeu, la mise en avant de la bande son. Et bien je dois vous avouer que, bien que sympa, j’ai quand même été un chouia déçu, la meilleure musique est clairement celle de la bande annonce du jeu. Cela ne veut pas dire que les musiques du jeu sont mauvaises, elles sont sympas et on les gardera en tête assez facilement grâce à un style rétro bien présent, en revanche ce petit ton année 80 palpable dans la bande annonce est absent du jeu. Voilà, curiosité levée, et au passage Ken Snyde est un artiste qui travaille sous le pseudonyme « Coda » pour un label musical indépendant du nom de Scarlet Moon Productions spécialisé dans la musique pour jeux vidéo.

Pour conclure, Omega Strike est un jeu simplement amusant, au gameplay simplement efficace, à la bande son simplement rétro avec un méchant qui veut simplement conquérir le monde et une triplette de héros qui veulent simplement l’en empêcher. Le switch de héros est simplement cool, le level design est simplement bien pensé, les capacités simplement utiles pour avancer le tout dans un gameplay simplement accrocheur et dans le fond c’est simplement ce qu’on demande à un jeu vidéo non ? Comptez simplement une dizaines d’heures de jeux pour une simple dizaine d’Euros et des succès assez simples à débloquer.

 

 

Microsoft Research : une manette Xbox « joycon-like » pour téléphones et tablettes ?

Il y a quelques semaines, la division Xbox a levé le voile très officiellement sur son futur service de streaming de jeux nommé pour l’heure : Project xCloud.

Ce futur service qui entrera en bêta public début 2019, promet de donner accès à la totalité du catalogue Xbox en streaming sur n’importe quel type de produit (téléphone, tablette…) avec la meilleure qualité d’image possible.

xbox-controller-smartphone-xcloud.jpg

Microsoft donnera la possibilité de jouer avec une manette, ou même directement avec le tactile de votre appareil. Mais ce n’est probablement pas tout…

Microsoft Research aurait mis au point un prototype de manette à destination des téléphones et des tablettes. Une sorte de joy-con universel.

Les équipes de Microsoft ont même eu pour inspiration principale la PSP et la Nintendo DS. Entre-temps, le succès de la Nintendo Switch et de ses joy-con est également venu confirmer la viabilité d’une telle manette.

On y retrouve différentes tailles de poignets et même un chargeur USB.

xbox-mobile-controllers.jpg

Ce travail remonterait à 2014. Le projet est revenu à la vie « assez récemment » et au vu des ambitions du constructeur sur le créneau du streaming, il semble tout à fait pertinent de proposer ce genre de solutions, même si rien ne nous garantit une commercialisation.

 

Microsoft sur le point d’acquérir Obsidian Entertainement ?

maxresdefault

Mise à jour 13/10/18 : Selon l’insider Klobrille, à l’origine de l’information du rachat d’Obsidian par Microsoft, un des documents d’acquisition inclurait une clause permettant au studio américain de faire gonfler ses effectifs à plus de 200 personnes. En 2017, Obsidian Entertainment était composé de 170 âmes.

Si l’offre d’acquisition est accepté, l’insider pense que le studio possédera deux équipes distinctes à l’image d’un Playground Games.

Il insiste cependant, même si l’accord entre Microsoft et Obsidian est sur le point d’aboutir, tout est encore possible notamment le scénario d’un échec des négociations.

L’histoire nous là déjà prouvé : l’acquisition de Squaresoft par Microsoft au début des années 2000 qui a échoué la veille de la signature finale.

Mise à jour 09/10/18 : Selon Kotaku, le rachat d’Obsidian est en cours de finalisation !

 

Après une conférence E32018 où Microsoft avait galvaniser le public en annonçant pas moins de 5 acquisitions (ou création) de studios First Party, il semblerait que le géant américain n’en est pas fini.

L’équipe de Phil Spencer est toujours en quête d’acquisitions de studios pour étendre son catalogue d’exclusivités et rendre le Xbox Game Pass plus attractif que jamais.

 

La nouvelle cible de Microsoft aurait un nom et s’appellerait :

Obsidian Entertainement

 

thV7G9CACRFallout New Vegas, South Park: Le bâton de la vérité, Pillars of eternity ou encore Star Wars KOTOR II constituent le pédigré du studio américain.

A en croire Klobrille, (un insider chez Resetera à qui l’ont doit déjà des rumeurs qui se sont vérifiés exactes comme l’acquisition de Playground Games ou encore les leaks de l’E3 2016) le rachat d’Osidian Entertainement est en passe de se réaliser.

 

Il semble être catégorique :

« Augmentation de la probabilité qu’Obsidian Entertainment rejoigne Microsoft Studios de 50/50 à 70/30. J’ai entendu dire que d’autres personnes (de la presse) s’en occupent maintenant aussi ».

Une annonce en grande pompe au X018 le 10 novembre prochain ?

Avec la fiabilité des précédentes infos de Klobrille et les récentes déclarations de Matt Booty (Numéro 2 chez Xbox) qui se disait « être en quête de studios », il y a fort à parier que Obsidian rejoigne un jour la « Microsoft Studios Family ».

Microsoft Store : jusqu’à 95% des revenus pour les développeurs.

MicrosoftStore.PNG

Pendant sa conférence annuelle Build (édition 2018), à destination des développeurs, Microsoft a décidé de revoir significativement sa politique concernant la rémunération sur son Store.

L’enjeu est sans doute trop fort pour rester dans le schéma actuel des 70-30. En effet, que vous publiez votre application sur l’Apple Store ou Google Play la répartition est identique : 70% de la somme est destiné au créateur de l’application. Les  30% restant, eux, iront dans la poche d’Apple, de Google ou encore de Microsoft selon votre plateforme.

Afin, de dynamiser son catalogue le groupe américain proposera « plus tard cette année » une nouvelle répartition pouvant allez jusqu’à 95% pour le développeur. Microsoft se gardera ainsi 5% de la somme seulement.


 

Deux exceptions sont à noter :

  • Si votre application est un jeu vidéo : Ils ne seront pas concernés par le remaniement. On reste alors sur la répartition classique 70-30.
  • Si l’achat d’une application découle d’une mise en avant par Microsoft la répartition sera de 85-15.

 


 

Ce dernier point s’applique aussi aux achats « in-app ». La règle de rémunération (95-5 ou 85-15) sur ces achats sera déterminée selon le parcours qui a amené l’utilisateur à télécharger l’application.

Cela concerne donc les « Microsoft Store » de Windows 8 et Windows 10. Toutes les Xbox sont exclues du deal.